Agriculture connectée : un meilleur usage des sols et moins de produits chimiques

Anatis est un robot de désherbage des sols

Le salon Sima, le salon des fournisseurs de l’agriculture et de l’élevage, qui se tient du 24 au 28 février, à Paris Nord Villepinte est l’occasion de voir les nouvelles technologies mobilisées pour un meilleur usage naturel des sols.

Robot et capteurs de suivi des cultures

Le salon sera l’occasion de voir Anatis, un robot agricole destiné au désherbage des sols. Il entretient les cultures. Le robot désherbe mécaniquement le sol pour favoriser l’infiltration de l’eau et l’optimisation des intrants. Dans le même temps, il analyse le sol et la culture en place pour guider l’agriculteur dans ses décisions. Il mesure la densité et le stade de la culture, la luminosité, l’hygrométrie, la température du sol et de l’air. Il fonctionne avec un moteur électrique, silencieux et sans émission polluante. Il peut être connecté à un smartphone ou à une tablette.

Limacapt est un capteur connecté autonome pour le comptage et le suivi des limaces

Sera également présenté Limacapt, de Sangosse et Cap 2020, un capteur connecté autonome pour le comptage et le suivi des limaces. Ce capteur permet de compter et de suivre l’activité des limaces durant la nuit. Cela permet aux agriculteurs de lutter efficacement contre cette nuisance dès que le risque est avéré pour des interventions raisonnées. Limacapt amène de nouvelles perspectives en termes de modélisation scientifique, pour une meilleure compréhension des limaces, et plus largement de la biodiversité constatée dans les parcelles agricoles.

Capteurs de terrain associés à des drones

On trouvera également Field Sensor, proposé par Bosh en association avec la start-up Hiphen, qui réalise le suivi de la végétation par des capteurs connectés aux champs. Ce dispositif associe des capteurs de terrain (station météo, sonde de sol et caméra multi-spectrale) à des sources de données de télédétection. L’objectif est de coupler des données à très haute résolution spatiale (images de télédétection de drones ou de satellites) avec des données à très forte répétition (une image par jour de la même zone de la parcelle).

Field Sensor, proposé par Bosh en association avec la start-up Hiphen

Ce système permet de suivre la croissance de la culture avec des algorithmes permettant de détecter les nécroses sur les feuilles et, grâce à des capteurs multi spectraux, de calibrer les données satellites (indices de végétation pour le besoin en azote). Le système réalise la fusion entre les données spatiales (satellites, drones et systèmes embarqués) pour donner une image de l’hétérogénéité de la parcelle ou prédire la qualité et la quantité de récolte.

Mesurer la consommation d’azote

Enfin, il y a Live NBalance d’Airbus Defence and Space et de John Deere, qui assure le suivi dynamique de l’azote par imagerie satellite et des capteurs machine. Ce système permet de suivre de façon précise et régulière la consommation d’azote par la culture, afin de détecter précocement les éventuelles anomalies des cultures et effectuer une balance précise entre les apports d’azote et la consommation par la culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletters de La Revue

Retrouvez le meilleur de l'actualité du digital


Restez connecté !