“Le DSI dans les collectivités locales, c’est fini” | La Revue du Digital

“Le DSI dans les collectivités locales, c’est fini”

Le DSI traditionnel des collectivités locales est voué à disparaître avec l’arrivée des nouvelles générations et la disponibilité de solutions en mode Saas. C’est l’avis de David Larose, directeur de l’aménagement numérique de la ville de Drancy, et jusqu’au début 2016, DSI emblématique de la communauté de communes de l’aéroport du Bourget.

Table ronde sur le choix des prestataires

Il s’est exprimé à l’occasion de l’événement Cloud Week 2016 le 6 Juillet. Il est intervenu également sur la table ronde Choisir ses prestataires et conserver la maîtrise du Cloud, créée et animée par La Revue du Digital.

Le DSI n’est pas fait pour monter des Data Center ni surveiller des clignotants

— David Larose
‘L’ancien DSI ne mâche pas ses mots. “Le DSI dans les collectivités locales, c’est un dinosaure, il est voué à disparaître. Pourquoi ? Parce que le DSI n’est pas fait pour monter des Data Centers et regarder si la lumière clignote verte ou rouge, mais pour s’occuper des vrais métiers et aider les citoyens,” débute David Larose.

Les nouvelles générations se débrouillent seules

Si le DSI n’existe plus qui va faire son métier ? “Cela va être un modèle réparti. Les nouvelles générations qui arrivent chez nous, elles savent elles-mêmes trouver leurs ressources dans le Cloud, en mode Saas. Et finalement, on ne sert plus à rien nous DSI car ce sont les services eux-mêmes qui vont être moteurs dans leurs choix d’applicatifs, et dans le choix de l’évolution du logiciel. C’est pour cela que je dis que le DSI est fini,” tranche-t-il.

Qu’en est-il des logiciels pour le secteur des collectivités locales qui est un marché très spécifique ? “Les logiciels pour les collectivités locales sont une honte pour le métier,” répond David Larose.

Les logiciels pour les collectivités locales sont une honte

— David Larose

Elles ont des interfaces d’il y a trente ans, ou des socles de développement inadaptés. C’est pour cela, que s’il y a une offre Saas, on plonge vers l’offre Saas. Sinon, nous faisons nous mêmes nos développements, ou nous les externalisons, comme cela on sait que la technologie est récente, et n’a pas plus de vingt ans et parfaitement adaptée à ce que l’on veut,” poursuit-il.

Nouvel appel d’offres

La communauté de communes de l’aéroport du Bourget a externalisé l’ensemble de son système d’information dans le Cloud, il y a déjà trois ans chez OVH. “Nous allons de nouveau lancer un appel d’offres cette année. A mon avis, Orange va être comme d’habitude plus cher que tout le monde. OVH devrait répondre et on va voir s’il y a un nouveau challenger français qui va se présenter, SFR étant mort et enterré,” conclut-il.

Ce texte a été lu 62531 fois !

Partager cet article

4 réactions sur ““Le DSI dans les collectivités locales, c’est fini”

  1. Pascal Delbrayelle

    Brutal comme réflexion mais, même si les situations ne sont pas blanches ou noires, il s’agit là d’une tendance lourde. Certains DSI de collectivités locales avec lesquels je travaille se penchent maintenant plus sur les missions de leur collectivité plutôt que sur les technologies informatiques.

    Répondre
  2. DSI

    Bon article, un peu trop tranché à mon sens. une vision très “parisienne” ou “urbaine” de la problématique. Aujourd’hui, les socles IP en province ne permettent pas de faire du full SAAS…. Je ne dirai pas que c’est la mort des DSI, mais une évolution du métier. Il y a quelques années, on ajoutait un un petit o à la fin, pour Organisation… l’urbanisation des applications, la mutualisation des données, l’Open Data,… il y a bien des chantiers dont il me semble qu’une vision un peu technique soit essentielle, même si elle peut se faire effectivement en accompagnement.
    Et autre problématique : pénurie d’informaticiens en France, je parle de vraie compétences, et difficulté de proposer des salaires attrayant dans la FPT… il y a de moins en moins d’avantages à être dans la FPT… donc difficultés d’avoir des équipes compétentes et efficace… L’externalisation coûte à la collectivité, mais assure, théoriquement, une qualité de service…
    Donc, pou moi, pas la disparition du DSI, mais son évolution

    Répondre
  3. Christophe

    DSI d’une collectivité territoriale ? Vraiment ?
    Alors je lui conseille deux lectures celle du site de l’ANSSI pour lui rappeler que l’informatique c’est d’abord une environnement de travail et des obligations légales française lourdes pas une “joyeuse bidouille” où l’on fait ce qu’on veut comme chez soit avec une box et un smartphone, et ensuite la lecture du règlement L119 de l’union européenne et ses obligations autours de la sécurité des données.
    Ensuite effectivement la valeur d’une DSI et de son équipe est la matière grise et sa capacité d’intégration. Le “tout cloud” est un doux rêve parisien et suppose qu’il soit français pour une collectivité territoriale au risque d’être “hors la loi”.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>