Le dilemme des voitures autonomes en cas d’accident : sacrifier le conducteur ou les piétons | La Revue du Digital

Le dilemme des voitures autonomes en cas d’accident : sacrifier le conducteur ou les piétons

Voiture autonome Uber - BF2
Un véhicule autonome de Uber

Cela va être un sacré casse tête pour les programmeurs de voitures autonomes qu’ils travaillent chez Uber, Google, Ford, etc.

Enquêtes auprès des utilisateurs

Selon plusieurs sondages, lorsqu’on interroge les citoyens lambda, chacun souhaite que les voitures autonomes soient programmées de telle façon qu’elles fassent le moins de victimes en cas d’accident. Cela peut éventuellement aboutir à sacrifier le conducteur en l’envoyant dans un mur face à des enfants qui marchent sur le trottoir par exemple.

Or, personne n’achèterait de voiture autonome qui fonctionne comme cela. De plus, personne ne veut que le gouvernement ne se mêle de cette histoire et n’impose un certain type d’algorithme dans les futurs véhicules autonomes.

Travail publié le 24 juin

C’est le résultat d’un travail intitulé “Le dilemme social des véhicules autonomes” (The social dilemma of autonomous vehicles) et co-signé par Jean-François Bonnefon, Azim Shariff et Iyad Rahwan. Leur travail a été publié le 24 juin dernier dans Science.

Ce texte a été lu 44458 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>