Verizon rachète un Yahoo en bout de course pour 4,8 milliards de dollars | La Revue du Digital

Verizon rachète un Yahoo en bout de course pour 4,8 milliards de dollars

Marissa Mayer, PDG de Yahoo, reste dans la société pour l'instant

Les activités internet de Yahoo seront désormais la propriété de l’opérateur télécoms américain Verizon, plus gros opérateur mobile aux Etats Unis avec 100 millions de clients, en échange d’un chèque de 4,8 milliards de dollars. Objectif de Verizon : bâtir un média mobile mondial.

Cela signe la fin de 20 ans d’indépendance de Yahoo après sa création à l’université de Stanford en 1994. Et la fin de la pertinence de Yahoo et de son portail à l’heure où les utilisateurs sont passés sur les mobiles, les médias sociaux et les applications de messagerie. La PDG de Yahoo, Marissa Mayer, souligne d’ailleurs l’intérêt du rachat par Verizon qui maîtrise le mobile et la vidéo, deux domaines où Yahoo avait pris du retard.

Verizon récupère des activités publicitaires, de messagerie, d’informations et d’outils financiers, avec 1 milliard d’utilisateurs, et les biens immobiliers de l’entreprise. Yahoo! arrive en lointaine 3ème position derrière Google et Facebook en termes de revenus publicitaires.

Une partie des biens de Yahoo! ne fait pas partie de l’accord. Cela concerne ses brevets, ses avoirs dans la place de marché chinoise Alibaba, sa trésorerie et Yahoo Japan. La valeur globale de cet ensemble représente 40 milliards de dollars. Cela sera conservé dans une société dont le nom va changer.

Yahoo devrait capter 1,5% du marché de la publicité digitale cette année  contre 2,1% en 2015 selon Emarketer. Cela représente tout de même 2,3 milliards de dollars.

Ce texte a été lu 4911 fois !

Partager cet article

2 réactions sur “Verizon rachète un Yahoo en bout de course pour 4,8 milliards de dollars

  1. Max

    Normal à mon avis et peut être jusqu’à nouvel ordre car mine de rien elle a modernisé des produits historiques, comme la page d’accueil du portail ou la messagerie, et relancé la production de contenus avec des magazines thématiques et le recrutement d’une poignée de journalistes connus.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *