L’Ademe, bras armé de l’Etat, pousse les bonnes pratiques dans le transport | La Revue du Digital

L’Ademe, bras armé de l’Etat, pousse les bonnes pratiques dans le transport

Pour qu’un projet à base de Blockchain fonctionne, Il faut un réseau, c’est à dire un écosystème, et un seuil critique d’utilisateurs, d’où l’intérêt des plateformes digitales telles que celles créées par Uber ou AirBnb, ou des géants du e-commerce comme Amazon.

Une organisation adaptée

Tant que ce seuil critique n’est pas atteint, il est difficile de prouver l’intérêt de la Blockchain. De plus, personne ne peut forcer la décentralisation des transactions dans un réseau, elle doit émerger des usages ou des croyances de la communauté.

Pour que de telles innovations disruptives puissent éclore, en intégrant à la fois des territoires, des entrepreneurs, des organisations étatiques, des transporteurs, au sein d’un même écosystème, il faut imaginer une organisation adaptée.

C’est l’Ademe (Agence De l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie) qui a réussi ce tour de force, en créant la Fabrique des Mobilités. C’est un écosystème entrepreneurial décentralisé rassemblant des acteurs publics et privés qui interviennent, de près ou de loin, dans le champ de la mobilité.

Elle a été construite pour faciliter l’exploration des adhérences entre ses membres (via une cartographie des échanges) et aider à la création des communautés nécessaires à l’expérimentation en conditions réelles.

Des règles du jeu transparentes

Dès le départ, et comme toute DAO – organisation décentralisée des échanges – qui se respecte, la fabrique des mobilités s’est dotée d’un modus operandi transparent. Les résultats ou co-productions de ces communautés au sein de la fabrique ont pour la plupart vocation à être reversés dans la communauté sous la forme de communs.

Cela peut prendre la forme de code Open Source, des données ouvertes, des plateformes techniques, des plans, des articles, des modèles de licences, etc.

Ces communs permettront alors, à d’autres, de ne pas démarrer de zéro et d’accélérer les projets futurs, permettant ainsi de créer un cycle vertueux. Une infrastructure Blockchain adaptée à la fabrique des mobilités est d’ailleurs un exemple des communs qui bénéficierait à tous, sans appartenir à personne.

Ce texte a été lu 2198 fois !

William El Kaim

William El Kaim est expert reconnu de la transformation digitale. Consultant indépendant, et auteur pour la Revue du Digital, il a exercé les responsabilités de "Marketing Technology Director" dans le domaine du voyage d'affaires. Il a contribué à l'invention de multiples concepts et produits digitaux, ainsi qu'au déploiement réussi d'un réseau social d'entreprise.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *