La Blockchain, sésame du développement des plateformes coopératives | La Revue du Digital

La Blockchain, sésame du développement des plateformes coopératives

Face aux plateformes commerciales Uber, Airbnb ou Amazon, des plateformes coopératives émergent telles que La’Zooz dans le transport. Elles imposent un partage équitable des revenus. Dans leur développement, ces plateformes pourraient tirer avantage de la Blockchain. 

Comme disait Confucius : « Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt ». Le doigt étant la métaphore de la Blockchain, la question qui se pose alors est : que représente la métaphore de la lune et pourquoi doit-on rester concentré sur cette dernière ?

La communauté humaine et ses rêves

La lune c’est la communauté humaine. Des groupes d’utilisateurs se réunissent autour de rêves, d’utopies, de valeurs et d’usages communs. Pour construire une communauté, il faut se poser de nombreuses questions.

De qui est-elle composée ? Quelles sont ses objectifs et ses valeurs ? Les participants se connaissent-ils, veulent-ils se connaitre, doivent-ils se connaitre ? Se font-ils confiance ? Que veulent-ils mettre en commun, partager ? Cette communauté est-elle décentralisée ou « régulée » voire dominée ?

Le smartphone, sésame des communautés connectées

Ces communautés, et leurs membres, la multitude comme les appellent Nicolas Colin et Henry Verdier, disposent aujourd’hui de l’outil ultime : le smartphone. Grâce à lui, il est possible de rechercher une communauté, de s’y inscrire immédiatement, surtout si vous avez un carte de crédit, de prêter allégeance (via l’acceptation de la charte).

Et faut, nouveau, de contribuer sans être limité par sa catégorie sociale ni son lieu de résidence géographique. Désormais, en quelques clics, il est possible de trouver les quelques personnes qui partagent les mêmes centres d’intérêts que vous et d’entrer en contact avec eux.

La plateforme, concrétisation digitale d’un écosystème

Ces écosystèmes humains, désormais nomades et connectés, se sont le plus souvent créés et rassemblés via des plateformes digitales. Ces plateformes étant censées être une projection dans le monde virtuel des communautés d’hommes et de femmes et de leurs règles de vie dans le monde réel.

Elles se décomposent en deux groupes. Les plateformes « étoile noir » (ou Death Star platform), financées par des fonds privés, ont pour but la création d’un monopole mondial, sans partage, offrant des perspectives de rentes futures importantes comme par exemple Uber, AirBnb ou Amazon.

Des plateformes coopératives

Face à elles, les plateformes coopératives (Platform Cooperativism) commencent à émerger. Moins nombreuses et plus récentes, elles ont pour objectif de valoriser ceux qui produisent et accroissent la valeur perçue ou réelle de la plateforme, tout en imposant un partage équitable des revenus qu’ils en tirent ou des biens qu’ils produisent. On pourra citer La’Zooz, comme exemple dans le transport véritablement communautaire.

Dans leur développement, ces plateformes pourraient tirer avantage partie de la Blockchain, en particulier pour éviter le recours à l’argent et permettre des échanges marchands équitables en toute sécurité, et sans contrôle central.

Ce texte a été lu 4470 fois !

William El Kaim

William El Kaim est expert reconnu de la transformation digitale. Consultant indépendant, et auteur pour la Revue du Digital, il a exercé les responsabilités de "Marketing Technology Director" dans le domaine du voyage d'affaires. Il a contribué à l'invention de multiples concepts et produits digitaux, ainsi qu'au déploiement réussi d'un réseau social d'entreprise.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *