La Blockchain pour encoder l’ADN de communautés plus équitables | La Revue du Digital

La Blockchain pour encoder l’ADN de communautés plus équitables

Blablacar propose son cadre de confiance Trustman

Nous vivons à l’ère des plateformes digitales, qu’il s’agisse de Blablacar, d’Uber ou d’Amazon. Dans tous les cas, ces plateformes se sont dotées de charte d’organisation et d’utilisation. La Blockchain peut aider à installer des règles de bonne conduite, au sein des plateformes.

Les règles du jeu 

A l’heure actuelle, BlaBlacar par exemple a formellement décrit son Framework de confiance, nommé DREAMS. Mais, comme tout le monde le sait, la confiance tient à peu de choses. Sur internet les avis et les recommandations déposées sur des plateformes peuvent réserver des surprises.

Pire, dans le cas de plateformes gérées par une entreprise unique, il est toujours possible que des changements drastiques soient imposés de manière unilatérale aux communautés, il n’y a qu’à constater les multiples évolutions de la charte d’utilisation de Facebook.

Parfois, c’est la communauté elle-même qui se révolte comme chez Reddit. Il est vrai que le plus souvent, la communauté veut contrôler la plateforme, avant que cette dernière ne la contrôle. La communauté désire forger la plateforme à son image, réelle ou perçue, et si possible encoder ce qui fait son ADN. ADN d’ailleurs utilisé pour répliquer et faire évoluer cette plateforme. Une vision moderne et digitale du Ying et du Yang.

Des contrats d’usage numériques

D’où le besoin impérieux, de digitaliser les contrats d’usage, les preuves (les productions de chacun au sein de la plateforme, sous forme de « faits »), de définir les pouvoirs et contre-pouvoir via des processus proches de la théorie du jeu et d’automatiser aussi et surtout, la justice entre ses membres.

La Blockchain peut devenir le carburant ou le moteur de nouveaux modèles de collaboration et d’affaires plus équitables, plus durables de nouvelles entreprises humaines autogérées.

A l’heure où la partie visible de l’iceberg est constituée par les organisations autonomes et décentralisées (ou DAO pour « Decentralized Autonomous Organization »), la Blockchain pourrait bien être à terme la partie immergée, digitale et invisible.

Une ” Decentralized Autonomous Organization” est un réseau décentralisé d’agents plus ou moins autonomes qui exécutent de concert des taches sans coordination centrale, mais selon des règles et des objectifs définis.

Ce texte a été lu 2069 fois !

William El Kaim

William El Kaim est expert reconnu de la transformation digitale. Consultant indépendant, et auteur pour la Revue du Digital, il a exercé les responsabilités de "Marketing Technology Director" dans le domaine du voyage d'affaires. Il a contribué à l'invention de multiples concepts et produits digitaux, ainsi qu'au déploiement réussi d'un réseau social d'entreprise.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *