Gilles Babinet : l’Etat doit ouvrir ses systèmes par des APIs | La Revue du Digital

Gilles Babinet : l’Etat doit ouvrir ses systèmes par des APIs

Gilles Babinet, Digital Champion pour la France

A l’heure où la loi ‘pour une République numérique’ arrive devant le Parlement, l’Etat doit faire en sorte que ses systèmes soient facilement accessibles par des APIs, des connecteurs de données, si l’on veut que la France réussisse dans l’industrie de la Data.

Accès facile aux systèmes

C’est ce sur quoi insiste Gilles Babinet, entrepreneur et Digital Champion pour la France auprès de la commission européenne. Il a répondu aux questions de La Revue du Digital, le 13 Janvier.

Il faut que les systèmes d’information détenus par l’Etat soient facilement accessibles par des API, des connecteurs de données. Cela pourrait être introduit dans le débat parlementaire dans le cadre de la loi Lemaire,” dit-il. La commande publique aura ainsi un effet d’entraînement.

A partir de là on sera capable de devenir un acteur dans le domaine de la data assez puissant. C’est vraiment le cadre de la loi Lemaire. J’espère qu’on ne dénaturera pas l’idée initiale dans le cadre du débat parlementaire et que au contraire on le renforcera, voilà tout est à faire,” statue-t-il.

Créer des écosystèmes

Pour faire que la France exploite mieux ses données, l’idée est également de créer des écosystèmes grâce à la capacité des très grands acteurs parapublics et des entreprises privées. “Je pense particulièrement à ERDF qui met en place le compteur Linky en faisant en sorte que ce compteur soit dans un écosystème,” se félicite Gilles Babinet, soulignant que l’on peut générer un écosystème intéressant autour de ce compteur.

Il voit la même chose dans la santé, dans les transports, dans beaucoup de domaines. “Il faut qu’il y ait une sorte d’impulsion publique pour faire apparaitre ces API , ces écosystèmes,” poursuit Gille Babinet.

Pas assez de Data Scientists

Autre enjeu, la formation. “Il y a un déficit de compétences en matière de formation de data scientists,” pointe le responsable. Il voit bien quelques formations à Grenoble, dans les grandes écoles de l’île de France comme Polythechnique, “mais cela reste encore très faible par rapport aux besoins supposés du secteur à court terme,” regrette Gilles Babinet.

Enfin, il faut faciliter les partenariats entre entreprises. “Il y a une question de compréhension des enjeux. Il faut sensibiliser les entreprises. Il y a des conférences et des formations, cela commence à prendre mais c’est encore insuffisant par rapport à l’importance de l’enjeu notamment à l’égard des PME et des TPE qui ne voient pas le potentiel de la donnée à sa juste mesure,” conclut-il.

Digital Champion pour la France

Le rôle du Digital Champion pour la France,  auprès de la Commission Européenne est surtout un rôle d’information. Il s’agit d’aider la Commission à comprendre les caractéristiques de la France, d’avoir un ressenti de la société civile, du monde des startups, de l’éducation  au travers d’entrepreneurs notamment,  mais pas uniquement, qui sont en interface avec ces univers.

Les 28 champions, un par pays, ont des profils très variés. Certains sont des entrepreneurs, d’autres viennent du monde des institutions, d’anciens ministres par exemple, d’autres à la lisière  de ces deux univers, patrons de grandes entreprises, ou de syndicats professionnels ou du monde associatif.

 

Ce texte a été lu 150624 fois !

Partager cet article

Une réaction sur “Gilles Babinet : l’Etat doit ouvrir ses systèmes par des APIs” :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *