La région Basse Normandie virtualise 18 000 postes de travail de ses lycées pour réduire les coûts | La Revue du Digital

La région Basse Normandie virtualise 18 000 postes de travail de ses lycées pour réduire les coûts

Région Basse Normandie - BF2
Laurent Beauvais, président de la Région Basse-Normandie (au centre)

La Région Basse-Normandie virtualise les postes de travail de ses 71 lycées. D’ici deux ans, ce sont 18 000 postes de travail qui seront vritualisés. Objectifs : faire des économies et faciliter l’accès.

Accès depuis le PC, smartphone ou tablette

Ces postes sont utilisés par les élèves et les enseignants. Ceux-ci accèdent, de là où ils se trouvent, aux données sur leurs différents écrans. C’est Orange qui a remporté ce contrat dans le cadre d’un appel d’offres. L’objectif est de faire des économies, annonce la région et de faciliter l’accès aux applications.

L’utilisateur accède à son poste de travail « virtualisé » à travers n’importe quel appareil : PC, tablette, smartphone, via son identifiant et son mot de passe. Une connexion internet suffit pour accéder aux ressources dont on a besoin pour travailler là où ils se trouvent.

Les postes de travail sont virtuels lorsque leur environnement informatique (système d’exploitation, documents, logiciels, applications) est stocké sur un serveur distant.

Précurseur

La région est précurseur dans la virtualisation des postes de travail informatique, et déploie un ensemble de dispositifs qui visent à accompagner et développer l’usage du numérique dans les établissements : le lycée numérique ”  déclare Laurent Beauvais, président de la Région Basse-Normandie.

A la rentrée 2015, 44 000 élèves prennent le chemin des lycées publics bas-normands. Le budget annuel de la région est de 140 millions d’euros pour la rénovation des lycées, les dépenses d’équipement, le fonctionnement quotidien des lycées.  Cela représente 3 100 euros par an et par élève dans les établissements publics.

La région consacre également annuellement 50 millions d’euros pour la rémunération des 1 500 agents des lycées et 5 millions d’euros à des actions de politique éducative dont la Cart’@too.

Autres nouveautés pour les lycées cette année : des produits locaux dans les assiettes des lycéens, la nouvelle version numérique de la Cart’@too, des économies sur l’électricité et le gaz, et 41 millions d’euros de travaux de rénovation, notamment énergétique.

Ce texte a été lu 72932 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>