“Le Chief Data Officer est une bestiole hybride” | La Revue du Digital

“Le Chief Data Officer est une bestiole hybride”

Le Chief Data Officer est perçu comme une bestiole hybride dans l’entreprise. C’est un acteur de la transformation digitale. C’est ainsi que Hugues Le Bars, Chief Data Officer de Neopost, leader des machines à affranchir, définit le poste qu’il occupe.

Un CDO qu’est-ce que c’est ? « Le Chief Data Officer, ou CDO, est perçu comme une bestiole hybride. Chez Neopost, il est rattaché au CTO, acteur de la transformation et Chief Transformation Officer” résume Hugues Le Bars, lui-même Chief Data Officer de Neopost, société leader des machines à affranchir avec 800 000 clients dans le monde. Il a répondu aux questions de La Revue du Digital à l’occasion du Salon du Big Data, à Paris, le 10 mars dernier.

Le Chief Data Officer et la prévention

Hugues Le Bars a rejoint Neopost en 2013, et a intégré l’équipe de recherche et développement. Axe majeur de son métier : la prévention, notamment pour ce qui concerne la bonne marche des équipements. « Vous mesurez toujours ce que vous faites. En ce qui concerne le côté préventif, dans le rôle d’un Chief Data Officer, vous ne managez pas si vous ne mesurez pas » affirme le CDO de Neopost.

Et le travail du Chief Data Officer est récompensé par le retour client et sa satisfaction, souligne-t-il. « Le plus indispensable des retours, c’est le retour client et sa satisfaction » dit-il. Pour sa part, il a contribué à mettre en place les outils nécessaires au traitement du Big Data.

Il s’agit en particulier des “Data Lakes”, des lacs de données où l’on accumule l’ensemble des données dont on dispose en supprimant les silos qui empêchent leur traitement de manière unifiée. “C’est une technique inventée chez Yahoo!” précise le CDO.

Des médecins pour les machines

L’usage de la donnée se concrétise chez Neopost par le maintien en bon état de marche des machines à affranchir via un diagnostic préventif. Nous sommes « capables de dire que tel lot de machines va tomber malade. C’est une approche préventive, et non curative » pointe-t-il.

Neopost entretient ses machines en mesurant leur comportement au niveau mondial, via internet.  En somme, un médecin pour machines.

Neopost digital et le travail de la donnée

Le Chief Data Officer insiste sur la branche digitale de Neopost. Cette branche « travaille sur la qualité des données et sur l’intelligence de la donnée » annonce Hugues Le Bars. Enfin, Neopost a « une approche disciplinée de la sécurité de la donnée » précise-t-il.

Concernant la sécurité, il s’agit de répondre au législateur tout en répondant à une problématique client. « Il n’y a pas à tricher. Les solutions technologiques existent qui vous permettent de vous mettre en conformité sans contraintes » conclut Hugues Le Bars.

Ce texte a été lu 7659 fois !

Coralie Owczaruk

Coralie Owczaruk est journaliste. Elle est spécialisée dans l'évolution des objets connectés et de leurs usages.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>