Le voyageur connecté progressivement mieux renseigné | La Revue du Digital

Le voyageur connecté progressivement mieux renseigné

Orientation GPS - BF

Le voyageur connecté est exigeant et souhaite être renseigné sur le meilleur itinéraire quelque soit son mode de transport. Les plateformes de calcul d’itinéraire gagnent progressivement en intelligence. C’est le domaine de Canal TP, le champion français du calcul d’itinéraire qui propose des services astucieux.

La concurrence est de plus en plus sévère sur le marché de l’information voyageurs, et la France dispose d’un champion peu connu, Canal TP. Canal TP est la filiale digitale de Keolis, une société de transport par bus ou tramway, filiale elle-même de la SNCF.

Des solutions en mode Saas 

Ces dernières années, Canal TP a construit une usine à innovation digitale pour le transport. Elle propose une plateforme ouverte de calcul d’itinéraire.  La société surfe sur les données ouvertes et propose des solutions en mode SaaS aux collectivités et aux opérateurs de transport.

Dans un monde numérique, le voyageur exigeant est connecté. En situation de mobilité, il souhaite accéder aux informations et aux outils qui lui proposent les moyens de transport adaptés à ses besoins et à son contexte géographique.

Des propositions de secours

Son périple commence par la recherche du meilleur itinéraire au moment de partir, puis par l’information voyageur en mobilité et enfin par la proposition de solutions de secours en cas de perturbations.

L’adaptation d’itinéraire en temps réel devient le meilleur compagnon des urbains pressés. Ces calculs s’appuient sur des algorithmes complexes, qui intègrent des données à la fois théoriques et conjoncturelles tels que les travaux, les accidents, les embouteillages, etc.

Quatre variables  

Conséquence, “pour calculer un itinéraire, quatre variables principales sont à prendre en compte” indique Bertrand Billoud, en charge de la communication et du marketing chez Canal TP.

On trouve ainsi le volume de données à traiter, la qualité des données, le temps de réponse attendu sur le site web ou sur l’application (de l’ordre de la centaine de milliseconde), et le nombre de voyageurs connectés au service (l’audience).

Le défi de l’île de France

En matière de complexité, le réseau d’île-de-France est incontestablement une des zones urbaines les plus denses au monde, d’où une certaine difficulté lors du calcul d’itinéraire. En 2012, le réseau comptait plus de 1600 lignes de transport réparties entre 70 transporteurs, dont la RATP et la SNCF, 42300 points d’arrêt, 600 000 circulations de véhicules, 215 000 correspondances, 20 millions d’horaires, pour 10 modes de transport différents.

Le calcul d’itinéraire est désormais multimodal. Il prend en compte différents modes de transport comme le train, le vélo, le covoiturage, l’auto-partage, le bus, le bateau, etc. Il est également multicritère car il intègre le coût du voyage, les émissions de CO2, les préférences du voyageur, l’agrément, le contexte, etc..

 Amélioration des algorithmes

Les algorithmes capables de réaliser ce calcul d’itinéraire en un temps acceptable ne sont apparus d’ailleurs qu’en 2010 et ont connu des améliorations décisives en 2012 avec la création de l’algorithme Raptor par Daniel Delling de Microsoft Research.

Du coup, les assistants de mobilité fleurissent dans les appstore. L’assistant de mobilité multimodal de nouvelle génération développé par CanalTP sera d’ailleurs officiellement lancé courant avril à Lille et fonctionne déjà à Montargis. On peut le découvrir sur YouTube.

Des services à valeur ajoutée

Canal TP propose aussi des services à valeur ajoutée, en mode SaaS, qui tirent parti de sa plateforme. Du coup, la société est devenue en quelques années le spécialiste des centrales de mobilité régionales, avec à son actif 12 Régions clientes sur les 16 équipées.

Ces services comprennent l’offre de transport aux voyageurs nommée Navitia Mobility Planner qui comprend un site web, une application mobile, des objets connectés, et l’offre complète de plateforme de gestion de la mobilité, nommée Navitia Mobility Manager destinée aux opérateurs des réseaux de transport (ORT) et aux autorités organisatrices de transport (AOT).

Lieu idéal

A ces services « standards » s’ajoutent des services atypiques comme « Lieu idéal » qui affiche sur une carte les zones les plus accessibles en transports publics à partir de ses destinations favorites ou « Bisous » qui calcule le point de rencontre idéal, en fonction de la localisation de chacun et demain des envies de chacun.

Navitia, l’usine à innovation digitale ouverte

Pour mettre en œuvre ses innovations, Canal TP a développé une plateforme, nommée Navitia. Cette plateforme, a été reversée en Open Source en 2013, afin de créer un écosystème dynamique dans le domaine du transport, et pour démocratiser l’usage des calculateurs d’itinéraire multimodaux.

Parmi les principales fonctions du logiciel Navitia, on retrouve le calcul d’itinéraire multimodal, ainsi que les informations sur les prochains départs et arrivées en fonction des données statiques des opérateurs, la recherche « isochrone » qui correspond au temps pour atteindre tous les arrêts depuis un point, les services « à proximité » et l’exploration du référentiel de données, par exemple l’ensemble des lignes passant par tel arrêt.

Des solutions locales

En quelques semaines pas moins d’une dizaine de solutions « locales » à des villes ou des régions sont été créées à partir de cette plateforme. Le développement de prototypes pour tester de nouveaux usages en est aussi facilité, comme l’atteste le prototype fonctionnant sous Google Glass, qui offre enfin à chacun d’entre nous d’avoir le compas dans l’œil.

Les développeurs ne souhaitent pas forcément gérer une plateforme. Parfois, ils désirent simplement accéder à des données de transport de manière simple, via une interface programmatique (API) unique. Navitia.io était née.

Partage des données de transport

Canal TP a eu l’idée de récupérer, de transformer et de « mettre en qualité » les données ouvertes de transport du monde entier, qui sont gouvernées par une licence qui permet leur redistribution. Puis, elle les met en valeur et à disposition des développeurs ou des « réutilisateurs » sous forme d’une API.

On peut ainsi créer des applications mobiles ou des sites web dans différents secteurs d’activité comme le tourisme, l’immobilier, etc. L’utilisation de l’API est gratuite pour un volume de requêtes fixé. Au-delà, il faut passer en mode premium payant.

 

Ce texte a été lu 4656 fois !

William El Kaim

William El Kaim est expert reconnu de la transformation digitale. Consultant indépendant, et auteur pour la Revue du Digital, il a exercé les responsabilités de "Marketing Technology Director" dans le domaine du voyage d'affaires. Il a contribué à l'invention de multiples concepts et produits digitaux, ainsi qu'au déploiement réussi d'un réseau social d'entreprise.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>