Leclerc investit 1 milliard d’euros sur 3 ans pour un portail internet | La Revue du Digital

Leclerc investit 1 milliard d’euros sur 3 ans pour un portail internet

Michel - Edouard Leclerc - BF

E.Leclec veut concurrencer Amazon dans cinq ans. Le groupe déploie une stratégie internet qui associe un portail de vente, des points de livraison et du Drive, ainsi qu’une logistique optimisée. L’investissement représente 1 milliard d’euros sur trois ans et la création de 10 000 emplois nets. 

Le géant de la grande distribution E.Leclerc investit 1 milliard d’euros sur 3 ans pour réaliser un portail de vente sur internet, à destination des 65 millions de consommateurs hexagonaux et se préparer à la concurrence avec Amazon. Cela inclut 50% de coût de logistique. C’est qu’a annoncé Michel Edouard Leclerc PDG de l’enseigne Leclerc, le 15 avril sur BFM Radio.

 Beaucoup beaucoup investir

Nous allons beaucoup beaucoup investir dans les nouvelles technologies. Il faut que l’on apprenne à devenir un grand de l’internet” affirme Michel Edouard Leclerc.  Selon lui, il s’agit d’une révolution culturelle pour un groupe de provinciaux comme le sien. Dans le futur, “nos enfants vont aller d’abord sur internet, vont chercher les marques et à partir des marques, ils vont regarder où elles sont” annonce-t-il.

Dès lors, il entend réaliser un grand portail internet. “Il faut faire de la logistique centralisée, très coordonnée, très légère, on va investir des milliards, on va développer les ventes sur internet” affirme-t-il.

20 à 30 millions d’euros par an

Il rappelle au passage qu’un magasin c’est 5 millions, 10 millions d’euros, quelquefois 20 à 30 millions d’euros pour ouvrir un hypermarché de taille moyenne. “Pour ouvrir un portail internet, qui touche 65 millions de consommateurs, c’est 20 à 30 millions d’euros par an, et pour la logistique c’est 500 à 600 millions d’euros pendant deux à trois ans” chiffre-t-il.

Et il faut des points relais et des drive. Résultat, sur trois ans, Leclerc investit 1 milliard d’euros, dont 50% en logistique, et c’est 10 000 emplois nets à la clé sur trois ans. “Des emplois qui ne sont pas ceux forcément que nous avions avant, même moi cela m’effraie” réfléchit le PDG.

2 milliards d’euros sur internet

Internet constitue encore un faible pourcentage du chiffre d’affaires de Leclerc mais la progression est rapide. “Nous réalisons 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur internet sur les 44 milliards d’euros du groupe Leclerc. Nous n’étions pas sur internet, il y a 5 ans. Cela va vite” constate Michel Edouard Leclerc.

Maintenant, son groupe est contacté par les vendeurs de tuyaux et de technologies. “Amazon va être notre concurrent dans  5 ans, et plus Hyper U” résume le PDG.  Il poursuit : “nous mettons tout sur internet. Et nous allons tout faire en sorte que les gens quand même viennent chercher le conseil et l’expertise dans les hypermarchés, qui restent le navire amiral.”

Revaloriser les métiers

Il annonce vouloir garder les emplois de l’hypermarché, avec des métiers qui seront revalorisés que ce soit le coin viande ou bouteilles. “Cela, pour que malgré Amazon, il faut que les gens aient envie de venir dans les hypers, et puis des points relais, des drive” promet-il.

C’est la distribution de Leclerc de demain, avec la même promesse de prix dit-il.  Côté expertise, “nous avons recruté 600 informaticiens en amont et nous avons des professionnels des invendus, de la rotation des stocks dans la logistique” conclut-il.

Ce texte a été lu 3135 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>