Absorber un déferlement du public grâce au Cloud après le passage sur « Capital » de M6 | La Revue du Digital

Absorber un déferlement du public grâce au Cloud après le passage sur « Capital » de M6

A lillte market - BF

A Little Market est une place de marché française, rachetée par ETSY en Juin 2014, qui met en relation des créateurs indépendants de bijoux, vêtements, etc. avec des acheteurs. Pour gérer une croissance exponentielle, la société a migré l’ensemble de ses infrastructures dans le Cloud chez l’américain Amazon. Désormais, le passage dans une émission TV et l’attraction que cela crée ne leur donne plus de sueurs froides. La société s’est exprimée lors de l’événement organisé par Amazon le 31 avril à Paris.

Le passage sur Capital et ses conséquences

Pour une startup comme A Little Market, créée en 2008, passer dans une émission TV comme Capital sur la chaine M6 était une vraie aubaine, voire une consécration. Le 12 janvier 2014, il ne fallait donc pas décevoir les téléspectateurs, qui ne manqueraient pas de se ruer sur le site Web une fois l’émission finie.

Comment alors faire pour s’assurer que l’expérience utilisateur ne soit pas détruite pas la charge imposée sur le site Internet ? Comment aussi en profiter pour générer du chiffre d’affaire, en profitant de cette manne ?

20 serveurs possédés

A cette époque, l’ensemble de la plateforme est composée de 20 serveurs puissants achetés par la société et hébergés cher Typhon, une filiale de Claranet. Mais ces serveurs ne sont pas dimensionnés pour supporter une charge massive sur un laps de temps très court. La première solution est bien entendu de rajouter des serveurs rapidement.

Mais, l’achat de nouveaux serveurs et leur déploiement dans le centre de données ne pouvaient se faire en un laps de temps aussi court. De plus, pour une startup, il n’était pas envisageable d’acheter des serveurs juste pour survivre à un pic de charge de quelques heures.

Le Cloud en secours

La décision a alors été prise d’utiliser le Cloud d’Amazon, et de modifier légèrement l’architecture logicielle du site pour que tout se passe bien. En moins de trois semaines, la solution est opérationnelle pour un coût bien moindre que ce qu’aurait nécessité l’achat de serveurs supplémentaires.

Le jour de l’émission, comme prévu, le nombre de sessions est passé de 2 000 à 36 000 en quelques minutes, soit une multiplication par 18 du trafic. Les fonctions de recherche dans une base de données de 200 Go et l’accès aux centaines de milliers de photos (10 To d’images) ont été mises en cache. Dès lors, l’utilisation du site est restée fluide presque jusqu’à la rupture. Lorsque la charge est devenue trop importante, une procédure de substitution s’est mise en place pour permettre aux clients de laisser leur commande sans pouvoir effectivement finir le parcours d’achat.

Une architecture toujours « élastique »

« Le Cloud c’est comme un virus, une fois qu’on a essayé, on a du mal à s’en défaire. Cela force les architectes à repenser l’architecture en adoptant une approche élastique pour l’infrastructure et de développement continu pour le logiciel. Nous déployons désormais une dizaine de fois par jour notre logiciel » confie Vincent Paulin, responsable de la R&D chez A Little Market.

Avec son équipe, il commence alors à tester et valider de nouveaux services élastiques pour améliorer les fonctions offertes sur la place de marché. De fil en aiguille, c’est tout le système d’information qui migre dans le Cloud Amazon : du moteur de recherche (1000 requêtes par minute) au serveur d’agrégation des statistiques (plus de 600 indexations par seconde), en passant par la base de données centrale.

3500 lectures par seconde

Celle-ci migre depuis mySQL vers la solution Amazon RDS et gère 3500 requêtes par seconde en lecture et 350 en écriture. « Nous sommes actuellement en cours de migration, mais l’ensemble des infrastructures seront sur AWS (Amazon Web Services) dans moins de 2 mois » déclare Vincent Paulin. Outre l’infrastructure, le logiciel est lui aussi adapté à la nouvelle architecture et la gestion fine des caches de données dans les différentes couches complètement revue.

Pour conclure, Vincent Paulin précise que « l’utilisation du Cloud Amazon permet désormais de nous concentrer sur les services à valeur ajoutés pour nos clients et de ne plus être limités par l’infrastructure ».

Ce texte a été lu 2630 fois !

William El Kaim

William El Kaim est expert reconnu de la transformation digitale. Consultant indépendant, et auteur pour la Revue du Digital, il a exercé les responsabilités de "Marketing Technology Director" dans le domaine du voyage d'affaires. Il a contribué à l'invention de multiples concepts et produits digitaux, ainsi qu'au déploiement réussi d'un réseau social d'entreprise.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>