Carrefour : “le magasin est le lieu de convergence du multi-canal” | La Revue du Digital

Carrefour : “le magasin est le lieu de convergence du multi-canal”

Carrefour reconnaît l’importance du multi-canal et du digital dans son développement. Le géant de la grande distribution veut faire de ses magasins le point de convergence du multi-canal et se félicite de leur densité qu’il entend accroître notamment via son rachat de Dia. Il estime que le contact physique crée une confiance irremplaçable.

Carrefour voit la vie en multi-format et en multi-canal. Ses dirigeants ont pris la parole lors d’une conférence de presse le 5 mars et annoncé des résultants financiers pour 2014 plutôt positifs pour le géant de la grande distribution.  

Densité de magasins

Le cross canal a été mis en avant lors de cet événement par Jérôme Bédier, directeur général délégué de Carrefour, qui remplaçait pour l’occasion Georges Plassat, PDG en exercice et en convalescence après une opération chirurgicale. Le PDG devrait reprendre ses fonctions avant la fin avril.

Le groupe Carrefour se félicite de sa densité de magasins de tout format, depuis les hyper jusqu’aux magasins de proximité,  car elle renforce la crédibilité de sa stratégie multi-canal. “La force de notre multi-format se révélera entièrement dans le développement du multi-canal” martèle le directeur général délégué.

Un client cross canal

Pour lui, l’avenir est à la combinaison des trafics dans les magasins et sur internet.  “Le parcours client devient cross canal, les technologies digitales mettent en valeur l’offre, renforcent notre image et contribuent au développement de nos ventes” présente-t-il.

Dans cet environnement connecté, le magasin est l’atout majeur” affirme le directeur général délégué. Pour lui, le magasin est le lieu de convergence du multi-canal. “Le contact physique crée une confiance irremplaçable. Selon un étude récente, le magasin est le canal préféré de 68% des Français, c’était 55% en 2014” en veut-il pour preuve.

A 7 minutes d’un magasin Carrefour

Il pointe que la densité du réseau de magasins fera la différence. “Chaque Français est en moyenne à 7 minutes d’un magasin Carrefour. Cela aide au déploiement du click & Collect, 700 magasins proposent du drive pour le non alimentaire, et 438 proposent du drive pour l’alimentaire” illustre-t-il.

Autre information sur le e-commerce, “le portail carrefour.fr a été visité par 8,5 millions de visiteurs uniques en décembre 2014” annonce le Directeur général délégué.

A l’occasion de la session de questions réponses, les informations ont été affinées. Pierre Jean-Sivignon, directeur financier, a donné des chiffres plus précis en ce qui concerne le click and collect sur la France. “Le click and collect à J+2 a été lancé en juillet 2014” rappelle-t-il. “Cela concerne 600 points de collecte actuellement, et nous visons 1000 points de collecte à la fin de 2015, et 3000 à terme. Il y a eu 40 000 commandes en 2014, tout doucement on développe tout ceci. Et il y a eu 1 million de colis livrés via nos points de retrait” énumère le directeur financier.

Digital chantier en cours

Sinon, le digital est un chantier en cours. Carrefour annonce qu’il renforce son expertise dans les domaines des smartphones, du paiement sans contact, du click & collect et des bornes digitales en magasin. Pour 2015, Carrefour entend continuer de développer le multi-canal. Côté  click & collect, il va densifier les magasins qui peuvent délivrer ce service et approfondir l’offre et l’assortiment proposé.

En ce qui concerne la différence de tarifs pratiqués entre le drive et le magasin, Carrefour a été sans ambiguïté. La différence de prix s’explique car “le magasin et le Drive sont deux formats différents, avec des politiques de prix différentes, des communications différentes et des politiques de promotion différentes.” Ce qui explique les tarifs plus élevés dans le Drive, mais ce qui ne semble pas forcément naturel au consommateur.

Simplifier les systèmes d’information

Le groupe va accélérer l’expansion du multi-format. Il va poursuivre la simplification des systèmes d’information afin de réduire la démarque et le niveau des stocks. En parallèle, la refonte de la chaîne logistique doit réduire les coûts et l’énergie.

74,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014

Au global, en 2014,  le groupe Carrefour accroît ses ventes pour atteindre un chiffre d’affaires de 74,7 milliards d’euros, en hausse de 2,9% par rapport à 2013. En France, tous les formats de magasins sont en croissance depuis deux ans, avec un chiffre d’affaires en hausse de 1,2%.

Face à ces croissances, Carrefour en veut la preuve de la pertinence de son modèle multi-format. Jérôme Bédier, directeur général délégué de Carrefour estime que le groupe consolide ses résultats sur la France et s’améliore sur l’Europe, tandis que les pays émergents sont un levier de croissance.

La France représente environ la moitié des ventes de Carrefour et de son résultat.  Elle abrite  5013 points de vente, tous formats confondus, pour un total de 10 860 en tout dans le monde. A la fin de 2014, la dette de Carrefour est de 5 milliards d’euros, ce qui inclut le rachat de Dia.

 

 

Ce texte a été lu 13385 fois !

Partager cet article

3 réactions sur “Carrefour : “le magasin est le lieu de convergence du multi-canal”

  1. Colbert

    Chez Carrefour actuellement il y a un très bon P D G Monsieur Plassat , carrefour doit redevenir le carrefour de

    Monsieur Fournier !

    Répondre
  2. alexandre

    je crois que leur partenaire pour l’analyse comportementale des clients en magasin est Capsule analytics, qui est le leader de la mobile location analytics.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *