En 2017, le décisionnel se passera des équipes informatiques | La Revue du Digital

En 2017, le décisionnel se passera des équipes informatiques

En 2017, la plupart des analystes et des utilisateurs métiers dans les entreprises se passeront des services informatiques pour préparer leurs données grâce à des outils en self-service. C’est ce qu’annonce le cabinet Gartner.

Le pouvoir à l’utilisateur final

Le pouvoir passe de l’informatique aux métiers en ce qui concerne le décisionnel, souligne Gartner. La préparation des données concerne l’exploration des données, l’accès aux données multistructurées et leur préparation avant de les manipuler dans des outils décisionnels.

La préparation des données est en général un cauchemar pour les utilisateurs. Grâce aux nouveaux outils en ligne, les utilisateurs pourront directement manipuler, nettoyer, modéliser et enrichir leurs données afin de les traiter dans leurs plateformes décisionnelles.

Réduction des délais

Les outils d’intégration de données en self-service vont réduire la complexité et les délais pour les utilisateurs. Ceci dit, les utilisateurs vont devoir maîtriser à la fois les aspects techniques et business du traitement des données. Mais les outils vont progresser.

En 2017, les outils d’exploration des données intégreront de manière standard la détection de modèles d’interprétation. On disposera d’une semi-automatisation de la préparation des données, ce qui la rendra accessible aux analystes métiers.

Des ratés jusqu’en 2016

70% des personnes qui n’utilisent pas actuellement le décisionnel dans l’entreprise auront accès à des informations business et à des analyses interactives sophistiquées. Cette évolution passera par une phase difficile.

Jusqu’en 2016, moins de 10% des initiatives de décisionnel livré en self-service seront suffisamment encadrées pour éviter les incohérences qui nuisent à l’entreprise. Cette évolution vers le self-service vient de la demande des utilisateurs d’accéder aux données métiers, jointe à l’incapacité du service informatique à satisfaire ce besoin.

Des utilisateurs pressés

Ces solutions en self-service sont souvent mises en œuvre par des équipes métiers qui ont contourné la DSI, rappelle le cabinet Gartner. Ce qui est susceptible de mener à un usage incomplet des données, des développements de métriques manquant de rigueur et à un partage de données soit trop limité soit excessif.

Pour l’heure, ce manque de gouvernance des mises en œuvre de décisionnel en self-service mène à peu de succès estime Gartner, à part la satisfaction des utilisateurs pressés d’avoir accès aux données. De plus, les entreprises subissent de plus en plus de brèches en matière de confidentialité des données, ce qui va modérer l’enthousiasme des managers pour le décisionnel en self-service.

Mieux encadrer les déploiements

Afin de contrer ces effets négatifs, Gartner s’attend à un retour à plus de contrôle dans la mise en œuvre du décisionnel ou à un déploiement du décisionnel en mode self-service dans un mode projet mieux géré par l’informatique.

Ce texte a été lu 78108 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *