Showroomprivé encaisse 200 millions d’euros sur le mobile | La Revue du Digital

Showroomprivé encaisse 200 millions d’euros sur le mobile

Table ronde - Forum MMA - BF

ShowRoomPrive.com encaisse plus de 200 millions d’euros sur le mobile cette année, dont 75% sur les Apps. C’est ce qu’annonce Thierry Petit, co-fondateur et co-gérant de Showroomprivé, site de ventes événementielles à destination des femmes. Il s’est exprimé à l’occasion du forum MMA (Mobile Marketing Association) le 4 décembre à Paris.

40% de  nouveaux clients via le mobile

40% des nouveaux acheteurs viennent du mobile. « C’est dans le sens de l’histoire, quand on voit les nouvelles générations, on a l’impression qu’elles ont un portable greffé dans la main » ajoute Thierry Petit. « La mobilité nécessite beaucoup d’agilité car tous les jours il y a de nouveaux smartphones et de nouveaux systèmes d’exploitation.»

Pour le fondateur, depuis sa création en octobre 2006, ShowRoomPrive.com a mis la technologie au centre de la culture d’entreprise et cela représente un atout aujourd’hui avec le développement de la mobilité.

Tester et se planter

Thierry Petit ne donne pas de prévisions à 12 mois et avoue avoir plutôt une démarche empirique et expérimentale.  « Il faut tester et se planter pour appréhender cette technologie du mobile. »

Pour être fort sur les conversions, il insiste sur l’importance de l’observation et de l’adaptation à chaque parcours et expérience du client. Il porte une attention particulière aux moyens de paiement.

Chaque pays a ses spécificités

« Nous avons repensé les interfaces sur chaque device, dans tous les pays, en les adaptant aux moyens de paiement, en travaillant les taux de conversion sur les pages clé » dit-il.

Pour Thierry Petit, les usages sont très différents d’un pays à l’autre. « Les modes de paiement, les clés de réassurance et les habitudes de consommation sont différents dans chaque pays » constate-t-il. ShowRoomPrive.com est présent dans 26 pays.

Faire revenir

Sur le mobile, l’enjeu n’est pas d’acquérir, c’est même assez simple, estime Thierry Petit. « Avec de l’argent, vous allez acquérir et avoir du trafic. »  En témoigne la publicité sur “l’appli mobile en poche” de Showroomprivé qui tourne en boucle sur nos écrans actuellement.

Le plus compliqué c’est surtout de faire revenir. « Bien sûr, en soi il y a le produit qui se doit d’être fidélisant, ainsi que la servicité » ajoute-t-il. Enfin, le fait que le mobile soit très personnel permet, au travers des Apps, de réaliser du CRM, de fidéliser et de faire de la personnalisation. Thierry Petit donne l’exemple des pushyapp personnalisées.

Photo, table ronde lors du Forum MMA, le 4 décembre, Thierry Petit, co-fondateur et co-gérant de Showroomprivé est à gauche. 

Ce texte a été lu 24577 fois !

Sandrine Baslé

Sandrine Baslé est spécialiste de la relation client, du marketing et de la vente de services. Ancienne d’Ipsos et de l’Institut CSA, elle a conduit de nombreuses missions de conseil dans le cadre de changement de culture d’entreprises. Elle a été avocate puis correspondante à Londres du journal Service News. Elle est également enseignante en marketing, études de marché et communication à l’IIM (Institut d’Internet et du Multimedia) et à TBS (Toulouse Business School) et directrice associée de Qualiview conseil.

Partager cet article

Une réaction sur “Showroomprivé encaisse 200 millions d’euros sur le mobile” :

  1. Murielle

    C’est vraiment un succès fou. Néanmoins, je me pose la question si ce bon résultat pourra se maintenir dans le futur. Cette question a pour fondement les différents problèmes de plus en plus fréquents que l’on a constaté sur les réseaux mobiles. Saturation de l’accès au réseau 3G par exemple?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>