La Seine Saint Denis devient son propre opérateur télécoms | La Revue du Digital

La Seine Saint Denis devient son propre opérateur télécoms

Conseil général de Seine Saint Denis - collège - BF

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Le Conseil général de la Seine-Saint-Denis devient son propre opérateur télécoms afin de réduire sa dépendance aux opérateurs télécoms dont les factures menaçaient de s’alourdir. Il a installé sa fibre optique, et son réseau MPLS pour la voix et la donnée. C’était une nécessité à l’heure des collèges et de l’éducation connectés.

Le bon moment

«Le temps était venu pour nous de sauter le pas, » explique  Marc Abel, Chef du bureau de l’Ingénierie des Réseaux et des Télécommunications au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. « Tout allait dans la même direction, notre consommation téléphonie et Internet représentait un coût exponentiel, multiplié par le nombre d’établissements possédant chacun son autocommutateur, » ajoute-t-il.

Le seul moyen de stopper cette augmentation des coûts était de déployer son propre réseau. « Dans le même temps, la technologie a évolué pour permettre à des organisations de notre taille de devenir leur propre opérateur. De plus, nous possédions déjà une partie du réseau fibre optique, donc tout concordait » dit-il.

Débits multipliés 

La disponibilité de son propre réseau a permis d’augmenter les débits à moindre frais. De nombreux sites sont ainsi passés de 1 Mbit/s à 50 Mbit/s sans surcoût. Le conseil général disposait déjà d’un réseau de fibre optique de 15 Kms installé pour la signalétique des feux rouges. La solution permet la mise en réseau des 125 collèges du département dont 12 collèges numériques. Cela simplifie la maintenance qu’il s’agisse d’un serveur, d’un vidéoprojecteur interactif ou d’une imprimante 3D pour les trois agents chargés des télécoms.

Le réseau de fibre optique permet également d’optimiser la circulation du tramway et des bus à haut niveau de service sur le département. La signalétique lumineuse s’adapte à la circulation automobile et au passage du tramway. Le réseau existant facilite le travail de génie civil pour l’installation de la fibre. Les mêmes fourreaux ont pu servir pour y glisser de la fibre dédiée aux communications internes.

Equipes internes 

Le réseau MPLS est exploité par les équipes du département avec l’aide de la société Interdata. Les fibres optiques et les équipements actifs sont mutualisés entre deux directions du département et l’unité lycées de la région. De nouveaux usages pourront voir le jour tels que des vidéo-conférences entre les établissements.

Des projets sont dans les cartons. Le département pourrait envisager de mettre différents capteurs dans les bâtiments dont il a la charge afin d’ajuster le chauffage par exemple. Des caméras de surveillance pourraient renforcer le système d’alarme, permettant de vérifier un bâtiment avant de s’y déplacer.  Les équipements déployés ont été fournis par l’américain Juniper Networks, grand rival de Cisco et d’Alcatel Lucent. Ce choix a été conseillé par les conseils généraux de Meurthe-et-Moselle et de la Loire.

Une DSI de 146 personnes

La Seine Saint Denis regroupe 1,5 millions d’habitants. Son budget est de 2 ,2 milliards d’euros en 2014, fortement marqué par les prestations sociales, la collectivité consacre 363 millions aux investissements.

Le conseil général emploie près de 8000 agents. La Direction des Systèmes d’Information regroupe pour sa part 146 personnes. Au sein de la DSI, le service de l’ingénierie des infrastructures emploie 50 collaborateurs.  La DSI est certifiée ISO 9001 depuis 2010.

Ce texte a été lu 2682 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>