30 000 € détournés sur un distributeur automatique à l’aide d’une imprimante 3D | La Revue du Digital

30 000 € détournés sur un distributeur automatique à l’aide d’une imprimante 3D

Un homme a été arrêté à Marseille après avoir escroqué 30 000 €  via deux distributeurs de la Caisse d’Epargne. Il se servait d’une imprimante 3D pour fabriquer de fausses façades de guichet automatique. Les recherches se poursuivent car un complice a été aperçu sur les caméras de surveillance. 

Ce vendredi, le quotidien Le Parisien révèle l’arrestation à Marseille d’un escroc pas comme les autres. L’homme a réussi à fabriquer de fausses façades de distributeurs automatiques à l’aide d’une imprimante 3D. Bilan de ces vols : plus de 30 000 €.

L’imprimante 3D a été retrouvée lors d’une perquisition chez l’amie qui hébergeait l’escroc. L’imprimante « d’un volume imposant » servait à matérialiser de fausses façades en plastique de distributeur de billets.

Nîmes et Saint-Ambroix cibles de l’escroc

Ces fausses façades étaient ensuite posées sur deux véritables distributeurs dans les villes de Nîmes et de Saint-Ambroix. Le Parisien cite une source judiciaire indiquant « qu’elles étaient de très bonne facture et semblaient d’une conception quelque peu différente. »

L’homme en question possède un passé d’escroc. Il dissimulait un lecteur de cartes bancaires de sa conception derrière les fausses façades des distributeurs afin de récupérer les données bancaires des clients ayant essayé de retirer de l’argent.

Arrêté bêtement

Le Parisien indique qu’il « enregistrait ensuite ces données sur des cartes vierges, avant de se rendre notamment au Cambodge ou en Tunisie afin d’y multiplier les retrait d’argent. » Plus de 30 000 € ont ainsi été détournés avant que la Caisse d’Epargne ne se rende compte de la malversation, menant ensuite à l’ouverture d’une enquête en Septembre 2013.

L’arrestation n’est toutefois pas à la hauteur de la créativité déployée pour l’escroquerie. En effet, « pour tester l’efficacité du système mis en place, l’homme avait glissé une carte test à son nom », complète le Parisien. L’enquête est toujours en cours à la recherche d’un complice vu aux côtés de l’escroc sur une caméra de surveillance.

Crédit photo : Morgane Mons

Ce texte a été lu 11689 fois !

Morgane Mons

Morgane Mons est journaliste spécialisée dans les nouvelles technologies et la transformation numérique des entreprises. Esprit Geek, passionnée de multimédia, retrouvez ses actualités sur son fil twitter.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *