Les technologies natives : le LiFi, un avenir dans la diffusion multimedia | La Revue du Digital

Les technologies natives : le LiFi, un avenir dans la diffusion multimedia

Lifi - illustration - BF

Le LiFi (Light Fidelity) est une technologie de transmission des informations par la lumière. Elle associe une couche photosensible de réception du signal à une source lumineuse d’émission de données par lampe Led. Un des apports du Lifi est de désengorger les réseaux Wifi pour de la diffusion de contenus multimédias par exemple.  

Le Li-Fi ou Light Fidelity est une technologie de communication qui utilise le spectre optique au lieu des ondes radio comme dans le cas du WiFi ou du Bluetooth. Ce protocole de communication utilise la modulation d’une source de lumière, via des lampes diodes électroluminescentes, ou LED, seule source lumineuse capable de coder assez rapidement l’information.

Le protocole est standardisé (IEEE 802.15.7) ce qui lui assure une notoriété et l’interopérabilité qui devraient favoriser son adoption. D’une portée d’une dizaine de mètres, ce protocole est très attendu car il offrirait une manière de désembouteiller la bande des 2,4 Ghz utilisée à ce jour par presque tous les protocoles sans fil.

Visibilité entre émetteur et récepteur nécessaire

Malgré ses nombreux avantages, le Li-Fi traîne deux restrictions majeures dont il faut tenir compte. Tout d’abord, la lumière ne traverse pas la matière, il faut donc que l’émetteur et le récepteur soient en visibilité l’un de l’autre.

Ensuite, la nature de l’émetteur (Led) et celle du récepteur (couche photosensible) sont techniquement différentes. Une conséquence est qu’il est nécessaire d’associer deux technologies (Led et couche photo sensible) afin d’assurer une communication bi-directionnelle. Une voie retour peut également être réalisée via du Wifi.

La transmission de données par la lumière se prête bien à la diffusion d’information, de 1 émetteur vers n récepteurs, en mode “broadcasting”. Lors de la transmission des informations vers un smartphone, celui-ci est doté d’une couche photo-sensible.

Le fabricant Oledcomm pour sa part annonce trois configurations : unidirectionnelle pour de la géolocalisation, uni-directionnelle pour des transmissions jusqu’à 100 Mbit/s et bi-directionnelle jusqu’à 100 Mbit/s. En octobre 2014, la même société commercialisera des solutions professionnelles bi-directionnelles avec des débits de 3 à 10 Mbit/s.

Les utilisations dans le commerce

Le LiFi est un moyen sans égal de libérer la bande passante occupée par le WiFi qui doit supporter les applications métiers dans les magasins et appelées à se multiplier, notamment pour les services clients.

On sait que les fichiers multimédias, son, images, et surtout vidéo sont les grandes causes d’engorgement des réseaux. Le LiFi peut alors soulager le Wifi. Dans ce sens, les deux technologies, WIfi et Lifi, sont à considérer comme complémentaires au sein d’une architecture de magasin plutôt que comme des technologies concurrentes.

Applications pour le vendeur et les bornes multimédia

Le problème du récepteur optique laisse à penser que les premières applications ne viseraient pas le client directement. On pense à des applications d’aide à la vente. Devant un article, le vendeur peut disposer d’un argumentaire multimédia sur sa tablette pour renseigner ou convaincre un client. Un interactivité retour de type WiFi, peu gourmande en ressource réseau, assurerait l’interactivité applicative. On pense également à des bornes multimédia qui sont naturellement candidates pour bénéficier des possibilités du LiFi.

Des smartphones pas encore dotés d’une surface photo sensible

dongle Photo : exemple de dongle qui dote le récepteur de la capacité à recevoir des informations en LiFi (photo source Oledcomm).

A ce jour, le client doit brancher un récepteur optique sur son smartphone (cf photo ci-contre). Outre qu’un ajout de cette nature casse l’intégrité esthétique du smartphone, le dongle n’est pas très pratique, à la fois encombrant et sujet à accrochage. Et puis, comment amener le client à se doter de cet élément ? Le lui distribuer gratuitement engendre un coût pour un usage limité. Le faire payer semble illusoire.

La diffusion du LiFi grand public ne passera vraisemblablement que par l’incorporation de cette technologie au sein des terminaux des consommateurs. Est-ce une utopie ? Pas tant que ça! Une société française spécialisée dans les surfaces photosensibles a affirmé au CES 2014 avoir déjà signé 3 partenariats avec des fabricants de smartphones et de tablettes dont le chinois TCL. La société annonce des discussions avec des opérateurs et des intégrateurs afin de disposer d’un premier smartphone fonctionnant sans dongle Lifi dans les 18 à 24 prochains mois. Ce qui reste malgré tout assez lointain.

On pense à l’animation de produits dans le non-alimentaire, à un argumentaire attaché aux produits de marque distributeur. Cela nécessitera la vente de « kit LiFi » aux industriels pour animer leurs offres.

Un avenir prometteur si le coût du matériel s’y prête

L’engorgement de la bande des 2,4 Ghz est une réalité et les membres de l’IEEE ne s’y sont pas trompés lorsqu’ils ont proposé de travailler très en amont sur la technologie Lifi. Cantonnée à des applications métier, elle trouvera sa place dès lors que les réseaux seront réellement engorgés et que le coût du matériel ne lui fera pas obstacle.

Mais son avenir le plus prometteur est celui où il se fond dans la vie de tous les jours : au sein du foyer, pendant les temps de transports, dans les lieux publics, etc. Il offre des usages autant pour la diffusion de programmes multimédias que pour des interactions simples avec l’application qui les diffuse. Le LiFi peut devenir l’ADSL mobile du multimédia.

Pour cela il est absolument indispensable que les fabricants incorporent la réception (et peut-être l’émission) de transmission LiFi au sein des terminaux numériques.

Une technologie d’optimisation

Le LiFi n’est pas une technologie disruptive, il est possible de s’en passer. Elle se présente comme une nouvelle possibilité qui va se ranger dans la boîte à outils technique dont disposent les architectes. Ils vont pouvoir l’utiliser en renfort ou à la place d’autres solutions réseaux (WiFi, Bluetooth). Nous sommes davantage dans une technologie d’optimisation technique et de réduction des coûts que dans l’ouverture de nouveaux espaces fonctionnels.

Au niveau de l’organisation, le Light Fidelity doit être compris comme un nouveau canal de communication. Comme dans le cas de la PLV (Publicité sur le lieu de vente) dynamique, des tiers vont pouvoir proposer l’équipement gratuit du Magasin en contrepartie de l’animation commerciale du média, créant à nouveau une nouvelle régie et nous renvoyant la question de l’alignement des politiques commerciales entre canaux. Si celles-ci ne sont pas traitées, elles peuvent être  en mesure d’engendrer des dissonances propres à troubler l’esprit des consommateurs.

Pas de limites éthiques ni légales

Cette technologie ne semble pas poser de problèmes spécifiques particuliers au-delà  de ceux évoqués dans le cadre du WiFi : tracking de la personne, opt’in, …

Pour en savoir plus

o    http://www.ieee802.org/15/pub/TG7.html

Illustration principale : une tablette recouverte d’une pellicule photosensible reçoit des informations via une lampe Led en Lifi. (source photo : Oledcomm). 

Avec Hue, Philips mise sur les lampes LED qui communiquent 

Le 13 Juin 2014,  Philips a été récompensé par un prix d’innovation de Netexplo pour ses lampes Led de nouvelle génération, commercialisées sous la marque Hue.  Ces lampes embarquent le protocole Lifi pour diffuser de l’information, et communiquent entre elles selon le protocole Zigbee.

Leur coût est encore assez rédhibitoire, puisque un pack de 3 ampoules Hue est commercialisé à 200 €.  Philips parle en contrepartie d’une durée de vie de 25 ans. A voir. Leur usage est à la fois destiné à varier les ambiances dans la maison, et à servir à des applications de communication. Philips évoque des applications de diffusion dans les stades, ou de surveillance des personnes âgées.

Philips - Hue - BF

 

Afin d’inventer de nouveaux usages, Philips propose un kit de développement logiciel, un SDK, afin que les développeurs dans le monde s’en empare et crée de nouveaux usages. Une communauté de dix mille développeurs existerait déjà, sur http://developers.meethue.com/. Philips reconnaît avoir voulu jusqu’alors verrouiller ses précédentes innovations, et entend procéder de manière différence sur celle-ci.

La technologie est mono-directionnelle, et devrait être bi-directionnelle demain afin d’interagir et que les gens soient suivis par la lumière via leur smartphone. Cela permettrait d’éclairer certaines portions de rue en fonction du déplacement des personnes, et donc de contribuer à sécuriser leur trajet.

Par ailleurs, le fait que les ampoules fonctionnent en réseau, via le protocole Zigbee, peut permettre d’optimiser les réseaux d’éclairage en Afrique. Le produit Hue a été lancé il y a 18 mois.

Ce texte a été lu 11808 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>