E.Leclerc : « ce n’est pas au client de décider de ce que nous mettons sur le marché » | La Revue du Digital

E.Leclerc : « ce n’est pas au client de décider de ce que nous mettons sur le marché »

Michel Edouard Leclerc, PDG des centres Leclerc, entend que chacun reste à sa place quand il s’agit de définition de son offre. Il n’est pas question de mettre le client aux commandes. « Il faut être à l’écoute du consommateur, être très réactif” reconnaît-il,mais nous avons à assumer notre offre ! » Il s’est exprimé lors de l’événement organisé sur le thème du commerce par Orange, le 5 Juin à Issy Les Moulineaux.

Souvent dit dans les écoles

“Ce n’est pas le consommateur qui doit décider de ce que nous allons mettre sur le marché. J’entends souvent ça dans les écoles, ce n’est surtout pas un truc à développer ! » affirme-t-il avec force.

Il rappelle l’échec des magasins Coop. « Avant nous il y avait les coopératives de consommation. C’était les consommateurs qui faisaient la politique commerciale de leurs magasins. Les Coops étaient numéro 1 en France. Nous venons de racheter les derniers Coops d’Alsace. Les consommateurs aux commandes n’ont pas été très lucides, et non plus sur les évolutions. »

Le commerce est une dialectique

Pour le PDG, le commerce est une dialectique. « Aujourd’hui, l’offre fait le marché, l’offre impose ses codes, tout autant que la demande la réfute ou la conteste » décrit-il. Il poursuit : « ne faisons pas croire que l’économie aurait intérêt à ce que le consommateur prenne le pouvoir de décision qui nous échoie d’innover, d’avancer. Il ne faut pas dire des choses naïves ou faussement idéalistes. »

Le PDG rappelle « nous industriels, nous distributeurs, nous producteurs de services, nous avons à assurer notre offre, c’est nous qui défendons des promesses d’enseigne, et qui nous dénudons devant les consommateurs, et qui nous faisons sanctionner ou pas, ou plébisciter. »

Je réagirai à votre concept

Il ne faut pas se tromper de rôle estime-t-il enfin. « Et pour que le consommateur puisse profiter véritablement des offres nous devons le faire en concurrence avec d’autres” pointe-t-il. Interrogé par un intervenant dans la salle sur le fait de savoir s’il est prêt à co-créer avec le client, le PDG répond alors en souriant : « Je regarderais avec plaisir le concept que vous avez créé et qui sera concurrent avec le mien et je réagirai.

Photo, Michel Edouard Leclerc, PDG des centres Leclerc, le 5 Juin. 

Ce texte a été lu 31020 fois !

Partager cet article

29 réactions sur “E.Leclerc : « ce n’est pas au client de décider de ce que nous mettons sur le marché »

  1. Bernier

    Certes Monsieur Leclerc, le client n’a pas le pouvoir de décider ce que l’industrie alimentaire met sur le marché sans vergogne avec le seul but de faire toujours plus de monnaie, monnaie..
    Par contre Monsieur Leclerc, c’est le client et uniquement le client qui décide ce qu’il achète et pour qui il ouvre son porte monnaie.
    Et plus le client sera informé et donc averti, moins il achètera les poisons que vous lui faites avaler depuis des décennies.
    Les clients avertis sont encore trop peu nombreux, mais leur nombre augmente malgré tout, et il serait judicieux mais il ne faut pas trop espérer que vous mettiez votre cynisme de côté, que vous cessiez de mentir sur vos produits en empoisonnant vos clients, car un jour ils se détourneront de votre enseigne, ce que j’ai fait depuis fort longtemps.

    Répondre
  2. Christiane

    Le client est l’acheteur, il a donc son mot à dire en ce qui concerne la provenance et la qualité du produit.
    ” le client est roi” que monsieur Leclerc se souvienne de cela.

    Répondre
  3. VERGER

    Certes, nous n’avons peut-être pas à décider ce qui est mis sur le marché,
    mais nous pouvons décider de ce que nous achetons…
    et décider de boycotter tous ces produits mensongers et dangereux pour notre santé….
    NE PAS ACHETER est plus efficace que les pétitions !

    Répondre
    • lou

      ne pas acheter est efficace mais pouvoir acheter des produits non mensongers est important ! (car on ne sait plus à force d’entourloupes de toutes parts où se trouve le mensonge) et arrêter de leur laisser faire ce qu’ils veulent aussi … les obliger à revenir à des valeurs plus vraies serait pas mal en prime

      Répondre
  4. vallée michel

    Il faut être passer par la centrale de référencement pour comprendre le système très éloboré de pression sur les fournisseurs !
    Les propriétaires de magasins Leclerc surtout en bretagne sont les plus gros contribuables de France…..Avec l’argent gagner sur les fournisseurs !
    D’autres centrales ont aussi des acheteurs qui se font rétribuer des voyages et autres avantages ! j’ai pratiqué ces gens pendant 30 ans et je sais de quoi je parle.

    Répondre
  5. Geneviève Fages

    Monsieur Leclerc …et autres directeur de supermarchés: quand vous dites “Ce n’est pas aux clients de décider ce que nous mettons sur le marché” cela signifie que , nous, les clients, c’est à dire les CONSOMMATEURS, quand VOUS le décidez , et pour reprendre les termes de J.P. COFFE, NOUS devons manger “DE LA MERDE”. Et alors, là, Monsieur Leclerc …et autres…vous n’imaginez pas à quel point je suis contente d’être devenue VEGETARIENNE, et d’avoir connu le “JARDIN DE COCAGNE ” qui me permet d’acheter , chaque semaine un panier de bons légumes,frais
    BIOLOGIQUES; et je conseille à tous ceux qui le PEUVENT de faire la même chose.
    Monsieur LECLEC …et autres…ARRÊTEZ de nous PRENDRE pour des DEBILES. MERCI

    Répondre
  6. LE BRETON

    Il serait dommage de ne pas tenir compte de l’avis des consommateurs Monsieur Leclerc.

    Dommage que vous le preniez comme cela. S’il vous plait, ne rappelez pas vos origines Bretonnes, j’ai honte!!!

    J’étais prêt à partir de Carrefour pour Leclerc….Je réfléchis comme des milliers de consommateurs.

    Répondre
  7. Philippe

    Edouard leclerc se croit tout puissant et détourne le débat dans sa réponse. Il n’est pas question ici là de savoir qui décide du marché mais du mensonge fait aux consommateurs. Il est dommage que les hommes au pouvoir vous aient donner le droit au mensonge et que les industriels et distributeurs en abusent.
    PersonnelLement je me suis détourné des supermarché s depuis bien longtemps pour retrouver une bien meilleure qualité pour le même prix si ce n’est moins cher

    Répondre
  8. wautelet

    Cette personne fait sa promotion …… mais c’est nous qui payons les achats, donc nous avons notre mot à dire, en plus il se fait de l’argent sur le dos des consommateurs … n’est il pas encore assez riche qu’il veut nous vendre de la “merde”.

    Répondre
  9. Pierre

    Le client est roi, certes, mais il est le roi des c… s’il persiste à continuer à tout acheter chez Leclerc, non ?
    Il y a vraiment pas d’autres alternatives ?
    Cherchez bien !

    Répondre
  10. schweizer

    Cette personne est misérable.
    Bien longtemps que je ne fréquente plus ces “porcheries” (Leclerc et autre…).
    Il se fout de la notion de bien commun concernant l’environnement et notre santé.
    Seul l’argent domine dans sa pauvre existence.
    CUT.

    Répondre
  11. ymo77

    Il faut surtout que l’information du consommateur soit complète et honnête sur la provenance et la composition des produits qui lui sont proposés. Conditions d’élevage, de transport, d’abattage, de conservation, traitements , fabrication, composants, additifs, soient transparents pour le consommateur.

    Répondre
  12. Alain Aupeix

    N’oubliez pas que TOUTES les enseignes sont là uniqueent faire du fric, le plus de fric possible.

    Rappelez-vous d’une vidéo concernant une réunion de petits porteurs de Carrefour. Un de ces petits porteur se plaignait qu’il avait eu la ‘chiasse’ en mangeant des fraises venant d’Amérique du Sud’, et vendues par Carrefour, et se plaignant que Carrefour vendait de la merde.

    Réponse du PDG, ‘j’espère que vous n’avez maintenant plus de problèmes digestifs maintenant !!!’, enfin quelque chose de similaire.

    Le petit porteur qui tenait sans doute plus à ses dividendes qu’à sa santé, s’est sagement rassis. La merde continue à être vendue …

    Seule solution, acheter dans les AMAP, du Bio, finalement pas plus cher que cette merde, et dans les boutiques bio. Seuls les produits non concommables, et encore (attention à la pollution) …, peuvent être achetés chez ces carnassiers.

    Imaginez simplement que pendant une semaine complète, tous fassent la grève des grande surfaces …

    Répondre
  13. Jean Michel

    Mr Leclerc si vous étiez quelque temps en dehors de votre tours d’ivoire, c’est à dire essayer , si cela vous est possible de retrouver l’esprit populaire , celui qui est en chacun , plus riche au plus pauvre , la vie quoi …
    Là vous prendriez conscience que ce que les gens reproche à des groupes comme le votre – et surtout à vous qui vous mettez sur le devant de la scène ,
    Ce n’est pas de faire de l’argent , mais de faire de l’argent avec de mauvais produit vendus comme étant de la qualité sous prétexte de vides juridique .
    en gros ne pas être globalement correct envers vos clients
    Exemple vos filet de dinde de ” qualité supérieure ” ,
    Franchement c’est du buiseness mesquin , quelle image personnelle actuellement avec la pétition qui courre
    Mais vous n’en êtes pas encore au stade de comprendre que l’on peut faire beaucoup plus d’argent avec de bons produits , de vraies information pour les consommateurs .
    En découlerai en plus une image ou vous pourriez aborder les plateaux télé avec moins d’hostilité réceptive derrière l’écran .
    Dans un autre carma peut être …
    En tous cas , le premier qui comprendra vraiment, gagnera .

    Répondre
  14. Johanne ALEXANDRE

    Assez de la tyrannie de l’agro-alimentaire, de la malhonnêteté des grandes surfaces complices, de l’empoisonnement lent et sûr de nos concitoyens qui n’ont pas la chance de pouvoir s’informer. Il faut absolument réagir car ces méthodes sont indignes.

    Répondre
  15. soaz

    leclerc peut dire ce qu’il veut….. je ne suis pas concernée, je n’y vais plus depuis longtemps !!! son modèle économique n’est pas le mien, ce ne sont pas mes valeurs…

    adios !

    Répondre
  16. Albatros

    Dire qu’il y encore des myraides de connards qui croient encore que le néolibéralisme c’est bien parce que le “client est roi”.

    La vérité est que la demande est fabriquée par la publicité en fonction des profits et non en fonction des besoins. Si ce système marche, c’est parce que la France est pays de cons et de veaux. Si ce n’était pas le cas, nous aurions encore partout des petites épiceries indépendantes et les beaufs n’iraient pas faire leur sortie du samedi chez Carrefouette, Lepasclair et ne se meubleraient pas chez Conformisma. Le chômage, les salaires à ras du SMIC de merde, la précarité, ce sont les blaireaux de base qui les ont fabriqués en allant promener leur cul dans les grandes surfaces depuis 40 ans.

    Répondre
  17. Jean Remy

    M.-E.Leclerc me semble avoir plutôt raison sur ce coup. Il dit en fait ce que Henri Ford avait, parait-il (parait-il…), répondu à la même question : “si j’avais attendu l’avis des clients, ils m’auraient demandé de créer une diligence plus solide avec des chevaux bien nourris.”

    Répondre
  18. Michel

    J’ai récemment consommé un pavé de saumon à 9,90 le kilo de chez Leclerc.
    La suite? Mes urines avaient une couleur très bizarre.
    Je crois que ce pavé était bourré d’antibiotiques et autres produits néfastes que ces pourris de la grande distribution vendent sans aucun état d’âme.
    Leur cynisme et leur provocation sont devenus insupportable.

    Répondre
  19. lecomte

    entièrement d’ accord avec vous lou9!!!! ce n’ est certainement pas a eux de décider quel ou quel produit douteux ils doivent inclure a leur nourriture de bas étage pour faire encore plus de profits!!!! ce n’est certainement pas la nature qui dicterait a une dinde d’ ingèrer de l’eau+ “additifs “pour faire grossir ses magrets!!!…………..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *