Decathlon : « la co-création, on apprend en marchant »

Decathlon - BF

Decathlon a ouvert sa plateforme de co-création avec ses clients depuis dix jours. L’entreprise a du prendre des décisions complexes en matière de propriété intellectuelle et de rémunération des contributeurs. Les équipes internes doivent apprendre à travailler avec de nouveaux intervenants.

La co-création entre l’entreprise et ses clients, cela s’apprend en marchant mais les difficultés sont multiples. C’est ce qu’a présenté Vincent Textoris, Open Innovation Manager d’Oxylane, maison mère de Decathlon sur la scène du salon du e-marketing 2014, le 10 avril.

La plateforme ouverte il y a 10 jours

La plateforme de co-création d’Oxylane, Open Oxylane, est toute récente puisqu’elle a été ouverte le 1er avril. « On débute, c’est complètement nouveau. On apprend en marchant »  confirme le responsable.

L’objectif de cette plateforme ? Connaître les réels besoins des utilisateurs, sur toute la planète. « La vraie difficulté c’est de connaître les réels besoins des utilisateurs, et on laisse la parole pour qu’ils disent ce qu’ils désirent, ce dont ils ont besoin » déclare Vincent Textoris. Il ajoutera plus tard, en aparté, que la plateforme doit pouvoir servir à améliorer les produits existants, citant l’exemple de la couture mal placée sur un vêtement et qui gratte et qu’il faut déplacer.

De multiples réponses à apporter

Reste que pour une entreprise, ce n’est pas simple de mettre concrètement en œuvre une telle plateforme. Les questions se multiplient, qu’il s’agisse de gérer la propriété intellectuelle, la rémunération des participants ou le management des équipes internes.

En ce qui concerne la rémunération, « nous avons mis en place des gratifications, il y a des points à gagner pour chaque action réalisée sur la plateforme avec la possibilité de les transformer en argent, avec un système juridique complexe derrière. Les cartes cadeaux ne suffisaient pas, quand nous avons demandé aux membres ce qu’ils voulaient » répond Vincent Textoris.

Pas de dépôt de brevet possible

Les participants peuvent-ils réclamer une propriété intellectuelle ? Il ne peut pas y avoir de dépôt de brevet déclare le responsable. « Un brevet doit être secret et nouveau, nous, tout est sur la place publique, il n’y a plus de secret, donc plus de brevet, sachant que le contributeur nous autorise à créer le produit, et que nous aussi on s’engage, on paie, et tant pis si on échoue,» déclare-t-il.

Mais si un produit rencontrait un grand succès et de fortes ventes, le contributeur ne sera-t-il pas tenté de revenir pour demander une plus forte rémunération ?  « Je sais que des gens viendront se plaindre même s’ils avaient accepté les conditions de la plateforme. Nous réglerons cela au cas par cas. Il y a eu des débats internes importants avec notre service juridique » complète-t-il.

Embarquer les designers dans l’aventure

Il faut également gérer l’impact de cette innovation qui vient de l’extérieur de l’entreprise sur les équipes internes. « En interne, il y a deux comportements fondamentalement différents » indique Vincent Textoris. « Pour le chef produit qui est basé à Lille, la plateforme est une occasion unique de rencontrer des gens de toute la planète, de Chine, du Brésil, et puis il y a les designers, avec qui des fois ça coince un peu. Un designer rêve toujours de créer d’un coup de crayon, il faut faire passer que l’on est toujours plus fort à plusieurs » dit-il.

Dernier conseil, il faut toujours communiquer avec la communauté. « Sur d’autres expérimentations, nous avons pu constater que cela ne marchait pas lorsqu’en interne nous repartions travailler dans notre coin sans tenir informé la communauté, parce que nous étions coincés sur un problème. Maintenant, on explique et ils comprennent » conseille-t-il.

Une conception en interne 

La plateforme d’Open Oxylane a été conçue en interne. « Nous avons beaucoup regardé Quirky d’Auchan, c’est fabuleux mais nous avons décidé de le faire nous-mêmes, pour que cela corresponde à nos valeurs. Prendre quelque chose à l’extérieur, avec d’autres valeurs ça marche rarement » conclut-il.

 Photo, Vincent Textoris, Open Innovation Manager d’Oxylane.

 

Partager cet article

14 thoughts on “Decathlon : « la co-création, on apprend en marchant »

  1. Pingback: la co-création : une réalit&eacut...

  2. Pingback: Decathlon : "la co-création, on app...

  3. Pingback: Decathlon : « la co-création, on a...

  4. Pingback: Decathlon : « la co-création, on a...

  5. Pingback: Decathlon : "la co-création, on app...

  6. Pingback: "La co-création entre l’entre...

  7. Pingback: Decathlon : "la co-création, on app...

  8. Pingback: Economie du Bien commun : cocréation, le...

  9. Pingback: Economie du Bien commun : cocréation, le...

  10. Pingback: Economie du Bien commun : cocréation, le...

  11. Pingback: "La co-création entre l’entre...

  12. Pingback: "La co-création entre l’entre...

  13. Pingback: "La co-création entre l’entre...

  14. Pingback: "La co-création entre l’entre...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *