Une juriste nommée secrétaire d’état au numérique | La Revue du Digital

Une juriste nommée secrétaire d’état au numérique

Axelle Lemaire - BF

C’est Axelle Lemaire qui a été nommée aujourd’hui secrétaire d’état au numérique auprès du ministre des Finances, Arnaud Montebourg.

Axelle Lemaire est élue députée PS des Français de l’étranger et réside en Angleterre depuis douze ans. Agée de 39 ans, mère de deux enfants, c’est une juriste internationale qui a été l’assistante parlementaire d’un député britannique durant plusieurs années. Axelle Lemaire est née et a grandi au Québec. Elle est arrivée en France adolescente.

Rapporteure sur le sujet du numérique

Elle siège à la Commission des affaires européennes à l’Asssemblée nationale. Dans ce cadre, elle est rapporteure sur le sujet du numérique. Elle a publié un rapport sur la stratégie européenne en matière de numérique, et a fait adopter une résolution parlementaire sur ce sujet fin 2013.

De nationalité française et canadienne, elle a suivi des études de lettres modernes (hypokhâgne), puis de sciences politiques (à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris), avant de se spécialiser en droit (licence et maîtrise de droit privé à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, DEA et études doctorales de droit international à l’Université d’Assas, Masters à King’s College London). Elle a  exercé le droit comme juriste internationale au sein de cabinets d’avocats et d’instituts de recherche universitaire, puis travaillé plusieurs années à la Chambre des Communes comme collaboratrice parlementaire.

Ce texte a été lu 4732 fois !

Partager cet article

Une réaction sur “Une juriste nommée secrétaire d’état au numérique” :

  1. London Calling

    Ne pas oublier le passif de l’ex députée :
    * Fiscalité des non-résidents par son vote en juillet 2012 pour l’extension des prélèvements sociaux sur les revenus immobiliers des non-résidents, mesure considérée par des juristes comme une atteinte au droit communautaire.

    La Commission européenne a ouvert deux procédures d’infraction contre la France.
    Des contentieux sont en cours d’instruction (Tribunal administratif, Conseil d’État)

    Silence assourdissant de cette élue, qui en septembre 2013 lors d’une conférence débat avec la ministre du commerce extérieur, avait annoncé qu’elle répondrait à ses électeurs sur ce sujet.

    Ses administrés attendent toujours la réponse… Cela se paiera cash à la prochaine élection législative.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>