Numéricâble remporte SFR | La Revue du Digital

Numéricâble remporte SFR

Drahi - 2 - BF

Au terme de trois semaines de suspense, Vivendi choisit de céder l’opérateur mobile SFR à Numéricable. L’opération est valorisée entre 13,5 et 17 milliards d’euros. Les deux opérateurs ont des offres et des réseaux complémentaires. Les manoeuvres de dernière minute de Bouygues n’auront rien changé. 

Dans un communiqué publié le samedi 5 avril, Vivendi annonce avoir retenu la proposition de Altice, maison mère de Numéricable pour le rachat de SFR. La décision a été prise à l’unanimité par le comité de surveillance au terme de débats approfondis. Cette décision met un terme au projet de mise en bourse de SFR. La France a toujours quatre opérateurs mobiles ayant leur propre infrastructure.

13,5 milliards d’euros d’abord

La transaction s’élève à 13,5 milliards d’euros en cash à la réalisation de l’opération ainsi qu’un complément éventuel de 750 millions d’euros. Le conseil de surveillance pourra céder ultérieurement sa participation de 20 % dans le capital de la nouvelle entité. L’ensemble devrait représenter une valeur totale supérieure à 17 milliards d’euros, selon Vivendi. Le complément de prix potentiel de 750 millions d’euros sera payé si “l’EBITDA moins le Capex“de l’entité combinée est au moins égal à 2 milliards d’euros au cours d’un exercice.

Pour Vivendi, l’offre d’Altice correspond au projet industriel « le plus porteur de croissance, le plus créateur de valeur pour les clients, les salariés et les actionnaires, et répondant le mieux aux objectifs de Vivendi. »

Consultation du personnel

Vivendi va à présent consulter les instances représentatives du personnel sur le projet et initier les procédures d’obtention des autorisations des autorités administratives compétentes. Vivendi rendra compte à l’Assemblée générale annuelle de ses actionnaires du 24 juin prochain des conditions dans lesquelles cette opération a été conduite.

Le Conseil de surveillance de Vivendi s’est prononcé au regard de quatre critères principaux, la qualité du projet, la pérennité de l’emploi, les risques de concurrence et la valeur pour Vivendi. Côté qualité du projet industriel, Numéricâble propose une convergence mobile-fixe, en s’appuyant sur le fait que Numéricâble est bien positionné sur le haut débit fixe et SFR sur le haut débit mobile.  L’objectif est le développement d’offres Quadruple Play (internet, TV, mobile et fixe) et de nouveaux usages.

Un engagement sur l’emploi 

En matière d’emploi, Vivendi a fixé comme pré-requis l’engagement sur l’emploi. Pour Vivendi, le projet d’Altice est celui qui garantit pleinement le développement de l’emploi dans la durée. La fusion des deux groupes ne devrait pas créer de distorsion de la concurrence estime Vivendi. SFR et  Numericable ne sont pas présents sur les mêmes segments de marché et leurs activités sont complémentaires.

Quant à la valeur dégagée, Vivendi estime que la proposition d’Altice est la mieux équilibrée entre le numéraire reçu immédiatement et la participation en titres lui permettant de bénéficier de la valorisation totale la plus élevée.

Les offres et les lettres de Bouygues étudiées jusqu’à la dernière seconde

Afin d’étudier les propositions d’Altice et de Bouygues un Comité spécial avait été mis en place par le conseil de surveillance de Vivendi. Ce Comité, assisté de ses propres conseils, a analysé les offres d’Altice/Numericable ainsi que celles du Groupe Bouygues au cours de huit séances de travail tenues tant à huis clos qu’en présence de l’ensemble des conseils, banquiers et avocats.

Vivendi souligne qu’au cours de ses séances des 4 et 5 avril, le Conseil de surveillance a pris connaissance du résultat des négociations menées avec Altice/Numericable, dans le cadre de l’exclusivité réciproque accordée le 14 mars dernier,  en vue d’un rapprochement entre SFR et Numericable.

Il a également procédé à un examen attentif des offres, ainsi que des courriers et des documents que Bouygues a pris l’initiative de lui adresser pendant cette période d’exclusivité, y compris jusqu’au 5 avril, en vue d’un rapprochement entre SFR et Bouygues Telecom. Cela n’aura manifestement pas suffit à convaincre Vivendi.

Bouygues dépité

Jusqu’à la dernière seconde Bouygues aura essayé d’emporter le morceau.  Bouygues déclare qu’il a soumis à Vivendi le samedi 5 avril au matin une offre qui portait le cash à 15,5 milliards d’euros et faisait de Vivendi le propriétaire de 5% du nouvel ensemble Bouygues Telecom – SFR, sans contrainte de liquidité.

Bouygues indique que cette offre valorisait SFR à 16 milliards d’euros avant synergies et à 17 milliards d’euros après synergies et paiement du complément de prix éventuel de 500 millions d’euros.

Photo, Patrick Drahi, Président du groupe Altice. 

Ce texte a été lu 2063 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>