Coût moyen d’un Mainframe en France : 19 millions d’euros par an | La Revue du Digital

Coût moyen d’un Mainframe en France : 19 millions d’euros par an

IBM - Mainframe - BF

Chaque entreprise utilisatrice de Mainframe en France dépense en moyenne 19 millions d’euros par an pour ce système. C’est une des conclusions que l’on peut tirer de l’étude menée par IDC et publiée en décembre 2013, et récemment citée par Alain Bénichou, président d’IBM pour la France lors d’une intervention pour défendre les grands systèmes. IDC indique en effet que les dépenses en Mainframe se sont élevées en France à 1,5 milliard d’euros en 2013.

80 Mainframes en France 

IBM refuse de communiquer sur le nombre de Mainframes en France. Selon nos estimations, il existe actuellement environ 80 mainframes en exploitation dans l’hexagone. Les dépenses concernent à la fois les coûts d’investissement et de fonctionnement. Le ratio donne donc un coût moyen de 18,75 millions d’euros par client.

L’écosystème Mainframe considéré par IDC intègre les investissements matériels (serveurs et stockage), les dépenses en logiciels (logiciels systèmes, logiciels de développement, déploiement, logiciels applicatifs) ainsi que les services informatiques nécessaires à la mise en œuvre, la maintenance et l’exploitation qui y sont associés.

 De grandes disparités entre les clients

Il existe cependant de grandes disparités entre  les clients. De grands utilisateurs comme le Crédit Agricole, BNP Paribas ou la Poste paient des budgets bien au-dessus de ces montants.

La plus grande partie de l’enveloppe budgétaire associée aux Mainframes (dépenses externes) ne concerne pas les dépenses en matériels selon IDC. Celles-ci représentent 11% de l’enveloppe Mainframe en 2013, c’est-à-dire 174 millions d’euros.

La division software en question

Pour IDC, la plus grande part de l’enveloppe annuelle consacrée aux Mainframes (soit 89%) comprend les services et les logiciels. C’est d’ailleurs une critique faite en interne chez IBM, le fait que la division software de Big Blue refuse de réduire les tarifs du logiciel pour ces machines.

Les coûts des logiciels et des services comprennent les services de mise en œuvre (conseil, intégration, déploiement), les services d’exploitation (TMA, infogérance), les logiciels d’administration, de sécurité, de stockage, les bases de données associées et l’ensemble des applications reposant sur la plateforme Mainframe. Pour mémoire, IDC évalue dans le même temps à 55,6 milliards d’euros l’ensemble des dépenses informatiques en France en 2013.

Ce texte a été lu 3893 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>