Reporters Sans Frontières pointe les 31 ennemis d’internet | La Revue du Digital

Reporters Sans Frontières pointe les 31 ennemis d’internet

Edward Snowden - BF

RSF pointe les 31 ennemis d’internet dans son dernier rapport. La France est critiquée à cause de sa loi de programmation militaire, de la loi sur l’égalité homme-femme et de deux salons sur la sécurité. Les pays autoritaires s’appuient sur l’exemple des Etats Unis avec la NSA pour censurer l’usage d’internet. 

Reporters Sans Frontières  désigne les ennemis d’internet dans son dernier rapport, publié à l’occasion de la journée mondiale contre la censure. L’organisation pointe ainsi 31 institutions. L’organisation désigne comme « Ennemis d’Internet » des institutions plutôt que des Etats afin de mettre en évidence la schizophrénie de certains pays lorsqu’il est question des libertés en ligne.

Trois démocraties

Ainsi, sur les 31 institutions, trois appartiennent à  des démocraties qui se veulent respectueuses des libertés fondamentales : le Centre de développement des télématiques en Inde, le Government Communications Headquarters (GCHQ) au  Royaume-Uni et la National Security Agency (NSA) aux États-Unis.

RSF s’insurge que la NSA et le GCHQ aient espionné les communications de plusieurs millions de citoyens, dont de nombreux journalistes, introduit sciemment des failles de sécurité dans les matériels servant à acheminer les requêtes sur Internet et piraté le cœur même du réseau dans le cadre des programmes Quantum Insert pour la NSA et Tempora pour le GCHQ.

Argument pour les pays autoritaires

RSF relève que les pratiques de surveillance massive de ces trois pays, sont utilisées comme argument par des pays autoritaires tels que l’Iran, la Chine, le Turkménistan, l’Arabie Saoudite ou le Bahreïn pour justifier leurs propres atteintes à la liberté de l’information.

La France est montrée du doigt pour l’adoption par le Parlement fin 2013, de la loi de programmation militaire. L’article 20 de cette loi autorise la surveillance des communications téléphoniques et Internet en temps réel, sans intervention d’un juge. Pour RSF, les motifs invoqués sont larges et évasifs et vont de la « recherche de renseignements intéressant la sécurité nationale » à « la sauvegarde des éléments essentiel du potentiel économique de la France » en passant par « la prévention du terrorisme, de la criminalité et de la délinquance organisées et de la reconstitution ou du maintien de groupements dissous ».

Lire la suite de l’article …

Photo : Edward Snowden, transfuge de la NSA qui a révélé les pratiques massives d’espionnage de l’agence américaine.

Ce texte a été lu 6813 fois !

Partager cet article

4 réactions sur “Reporters Sans Frontières pointe les 31 ennemis d’internet

  1. EnPassant

    “l’adoption par le Parlement fin 2013, de la loi de programmation militaire. L’article 20 de cette loi autorise la surveillance des communications téléphoniques et Internet en temps réel, sans intervention d’un juge.”

    C’est la foire d’empoigne qu’on organise et la fin de la connection/communication internet. La paranoïa va se généraliser et tétaniser le système.

    Cette loi est-elle constitutionnelle ? Elle m’encourage à sortir du système, la planque devenant le meilleur moyen d’exister et de se préparer à résister, comme de préparer ses enfants. Dommage …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>