Société Générale : « les métiers proches du public bougent plus avec le digital » | La Revue du Digital

Société Générale : « les métiers proches du public bougent plus avec le digital »

Face à la transformation digitale, il y a des freins et des conservatismes. C’est ce que constate Franck Lapinta, Chief Digital Officer HR and Head of HR External Communication à la Société Générale. Il s’exprimait lors de l’événement Web2Business, le 9 Janvier dernier à Paris.

Les équipes qui bougent le plus 

Ce qui bouge le plus ce sont les équipes en contact avec les publics externes, c’est plus difficile quand on va dans l’intérieur de l’entreprise” décrit-il. Le digital remet en cause les façons de travailler. “Et le digital n’a pas encore fait ses preuves” pointe le responsable du digital pour les RH à la Société Générale.

Un client qui regarde son compte dix fois par mois, « c’est 10 occasions d’entrer en contact avec lui, d’où l’apparition de nouveaux métiers dans la relation client » illustre-t-il.  « Le mouvement s’effectue petit à petit, et puis il y a un point de basculement violent » constate Franck Lapinta.  « On a arrêté le Minitel il y a six ans. Or il ramenait de l’argent. Il faut anticiper le point de bascule, et stopper les investissements IT correspondants” décrit le responsable des RH.

La transformation de l’entreprise

Le Turn Over à la Société Générale est de 7% en France, et de 25% en Russie ou en Inde. « Intuitivement, je dirais que sur le digital, le turn over doit être plus faible car c’est là que se joue la transformation de l’entreprise, » conclut-il.  

Photo, Franck Lapinta, Chief Digital Officer HR and Head of HR External Communication à la Société Générale.

Ce texte a été lu 2217 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *