Google se débarrasse des mobiles de Motorola mais pas des brevets | La Revue du Digital

Google se débarrasse des mobiles de Motorola mais pas des brevets

Motorola - Moto X - BF

Google a annoncé ce mercredi qu’il vend sa filiale Motorola de téléphonie mobile au constructeur Chinois Lenovo. En revanche, la firme va conserver la vaste majorité de la masse de brevets déposés par Motorola. Un trésor de guerre indispensable afin de défendre son écosystème Android au vu du climat d’affrontement permanent sur les brevets aux Etats Unis notamment entre Apple et Samsung, et les fameux « Patent Trolls. »

Grands frais d’avocats

Ces derniers ont comme activité principale – à grand frais d’avocats – de traquer et de faire payer les entreprises qui développent réellement des produits autour de brevets que pour leur part ils entassent et laissent dormir.

La vente de Motorola est une conséquence naturelle de l’absence d’ambition et de créativité de la part de Google pour sa filiale de téléphonie mobile. Le prix de vente est de 2,9 milliards de dollars, en cash et en actions. On est loin du prix payé par Google en 2012 qui était de 12,5 milliards de dollars.

Moins de conflits d’intérêts

Motorola est un pionnier de la téléphonie mobile. En ne possédant plus Motorola, Google allège également les possibilités de conflits d’intérêts avec les fabricants de smartphones qui tels que Samsung utilise le système d’exploitation Android comme atout principal de leurs téléphones. Lenovo avait acheté l’activité de PC d’IBM en 2006. Il devrait également récupérer l’activité de serveurs d’entrée de gamme de Big Blue.

Photo, le Motorola Moto X, le dernier téléphone mobile lancé par Motorola en 2013.

 

Ce texte a été lu 1336 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>