Le DG se distingue comme leader de l’innovation digitale, selon Accenture | La Revue du Digital

Le DG se distingue comme leader de l’innovation digitale, selon Accenture

DG - BF

C’est plutôt le directeur général qui mène l’innovation digitale dans son entreprise, selon l’enquête mondiale menée par Accenture. Sinon c’est le directeur des technologies ou le DSI, quasiment à égalité. Le digital est d’abord vu comme améliorant l’efficacité.

Qui mène l’innovation numérique en 2014 dans les entreprises? Selon la société de services Accenture, dans une étude mondiale publiée le 15 janvier, celui qui dirige l’innovation digitale dans l’entreprise est surtout le DG, selon 35% des sondés. Le digital se diffuse ainsi dans la stratégie.

Accenture a interrogé des cadres exécutifs, DG, marketing, finances, … Quand ce n’est pas le DG qui est aux commandes, c’est le directeur des technologies (Chief Technology Officer) pour 23% des répondants ou le DSI pour 22% d’entre eux. 

Le Chief Digital Officer inexistant

Les autres cadres de l’entreprise apparaissent très loin dans le leadership digital. C’est le cas des responsables métiers (7%), du DAF (5%) ou du patron des opérations (5%). Le plus étonnant, c’est que le Chief Digital Officer n’est crédité que de 2% des voix des répondants.

L’enquête a été menée par Accenture auprès de 1041 cadres exécutifs dans vingt pays et 12 industries.  Parmi ces dirigeants, 36% sont basés en Europe (5% en France, 5% en Allemagne et 5% en Grande Bretagne), 28% en Asie Pacifique, 15% en Amérique du Nord, et le reste est présent au Moyen Orient, Afrique, Amérique Latine et Europe de l’Est. Parmi les entreprises, 85% réalisent 500 millions de dollars de chiffre d’affaires et plus.

L’efficacité et les coûts

Plus globalement, l’importance du digital est prise en compte par un DG sur deux. Ces DG voient les technologies digitales comme transformant l’entreprise de manière significative. Leur objectif est surtout d’investir dans le digital pour améliorer l’efficacité des opérations et l’expérience des clients.

Le focus concerne surtout l’efficacité des processus et la réduction des coûts, plutôt que la génération de revenus. La moitié des répondants à l’enquête estiment que le e-commerce et le décisionnel vont être importants pour leur entreprise en 2014.  Une forte minorité (autour de 45%) voit le digital comme un moyen de développer les ventes, ouvrir de nouveaux canaux de vente, ou créer de nouveaux produits et services.

Les nouvelles technologies digitales améliorent l’efficacité

Les technologies telles que le Cloud computing, l’E-commerce, le décisionnel , le machine to machine, le social et le mobile, sont considérées comme importantes pour améliorer l’efficacité des opérations (70%), retenir les meilleures compétences et les talents (60%), améliorer l’expérience client (61%) ou créer de nouveaux produits et services (46%).  En queue de peloton, les dirigeants placent le développement des ventes (45%) et l’ouverture de nouveaux canaux de vente (44%).

Ce qui bloque les investissements dans des initiatives de digital business, tel que le Cloud computing, le décisionnel, les communications machine à machine, le social et le mobile, c’est d’abord la difficulté de gérer le changement (42%).

Ce frein est suivi par le manque de compétences (35%), le manque de budget (35%), le manque de coopération transverse entre les métiers (35%), une demande insuffisante de la part des clients (33%) et l’absence d’un soutien des cadres dirigeants (31%).

Ce texte a été lu 4170 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>