Publicis l’emporte sur Accenture pour la plateforme d’engagement digital de Renault-Nissan | La Revue du Digital

Publicis l’emporte sur Accenture pour la plateforme d’engagement digital de Renault-Nissan

Le groupe Renault Nissan a choisi les solutions de l’éditeur Adobe et l’intégrateur DigitasLBi, filiale de Publicis, afin de déployer sa plateforme d’engagement digital mondiale. Le groupe veut unifier l’ensemble de ses outils de création et d’exécution de ses sites Web et mobiles dans le monde.  

Renault Nissan passe à la vitesse supérieure dans le digital. Le constructeur automobile a sélectionné les deux principaux prestataires à qui il confie la migration et l’unification de ses plateformes, fixes et mobiles, de marketing et d’engagement digital de ses clients dans le monde. A la clé, il s’agit de créer des synergies entre les deux groupes, réduire les coûts dans certains cas, et disposer d’une plateforme qui soit à l’état de l’art.

Adobe choisi pour ses outils

L’éditeur américain Adobe fournira les outils logiciels et l’intégration sera réalisée par DigitasLBi, filiale du groupe de communication Publicis. Le choix a été acté en décembre dernier. Un troisième appel d’offres est à venir, sous six mois, afin de sélectionner le prestataire d’hébergement de cette plateforme qui devrait être implantée entre plusieurs plaques régionales en Asie, Etats Unis et Europe.

Chez le constructeur automobile, la compétition a été pilotée par Patrick Hoffstetter, Chief Digital Officer de Renault. Ce contrat est d’une durée de 5 ans, une éternité dans le digital. Pour la partie intégration, il y avait quatre acteurs en lice au départ : Accenture via sa practice Accenture Interactive, Deloitte, FullSix et Publicis (via DigitasLBI), Publicis étant alors en cours de fusion avec Omnicom.

SSII contre spécialiste de la communication

Ce projet est symptomatique de la concurrence que l’on observe dans les appels d’offres liés au digital : la lutte entre les sociétés de services informatiques ayant développé (ou acheté) une activité de communication et de création – telle qu’Accenture via sa practice interactive – et les sociétés de communication ayant développé (ou acheté) une expertise digitale, marketing et technologique.

C’est finalement le second profil qui l’a emporté avec Publicis et sa filiale technologique et marketing DigitasLBi (elle-même issue de la fusion entre Digitas et LBi), fortement implantée en Grande Bretagne. Ce qui a également pu jouer est la longue histoire entre Publicis et Renault en ce qui concerne la communication et le fait que Publicis soit l’agence digitale de Nissan pour l’Europe.

Les outils de création et d’éxécution

Adobe pour sa part fournira l’ensemble des outils de création et d’exécution des sites Web et Mobile de Renault-Nissan dans le monde. C’est un beau succès pour Adobe. Le contrat est d’une durée de 5 ans.

Adobe a failli ne pas être retenu car trop cher, avec sa vision très américaine des contrats. Le marché européen est émietté, et il est difficile d’y réussir un même retour sur investissement que sur le marché nord américain avec un même développement. Pour Adobe, la négociation a été serrée avec le service achat de Renault.

L’éditeur estime que Renault a fait un choix basé sur la valeur créée et n’a pas basé les discussions sur la technologie. Adobe décrit le contrat comme un partenariat sur cinq ans. Les premiers fruits à venir sont attendus fin 2014 avec une première mise en service chez Nissan.

Lire la suite de l’article …

Photo, Patrick Hoffstetter, Chief Digital Officer de Renault.

Ce texte a été lu 9538 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *