Pour faire de l’Open Data, il faut de la patience et de l’optimisme, pour la directrice digitale de la SNCF

Table ronde - Groupe La Poste - Intervention SNFC - BF

« On avance à tâtons vers l’Open Data, on ne sait pas trop comment on peut le faire. Il faut être patient et optimiste, et évangéliste comme disent les américains » annonce Régine Combremont, directrice de la Fabrique Digitale de la SNCF.  Elle a pris la parole lors d’une table ronde organisée le 2 décembre au siège du groupe La Poste.

Mettre en place des démarches gagnant-gagnant

Elle complète, « c’est de l’innovation. Nous avons ouvert quelques données et un portail. Pour cela, nous avons discuté avec les développeurs. » Pour elle, la donnée a une valeur sociale. « L’Open Data doit t répondre à la demande de transparence des citoyens. Mais nous sommes aussi une entreprise économique, comment mettre en place des démarches gagnant-gagnant ? » interroge-t-elle.

Comment agir afin de mettre en place une valeur économique et une valeur stratégique ? Actuellement, les informations placées en Open Data concernent les localisation des gares, les horaires théoriques des trains, c’est-à-dire non en temps réel. Une application a été développée, c’est le Tranquilien, elle indique le taux d’occupation des rames en temps réel, pour monter dans une rame ou une autre, selon  le taux d’occupation des rames.

Un parcours atypique

La direction de Régine Combremont est transverse et est rattachée à la direction de la communication de la SNCF. On notera au passage le parcours atypique de la directrice de la fabrique digitale de la SNCF. Après une formation initiale en philosophie, avec un DEA, elle a renoué avec un cursus plus classique via HEC et un passage par des startups avant de rejoindre la SNCF.

Le 16 octobre dernier, Romain Lalanne, responsable Open Data à la direction de la communication de la SNCF est intervenu lors de la conférence Big Data Expo. Il avait présenté les différentes données progressivement ouvertes par la SNCF. L’Open Data à la SNCF a été lancé il y a deux ans, à la fin de 2011.

Lors de la mise à disposition d’information, il s’agit de rencontrer les responsables des données dans les différentes entités de la SNCF
. « Il n’y a jamais de réaction négative, mais des questions sur le ‘pourquoi faire ?’ Il faut alors expliquer qu’il y a des ré-utilisations auxquelles on ne pense pas » détaille  Romain Lalanne. 

Ont été mis à disposition des utilisateurs les horaires, la liste des gares, les services SNCF proposés dans les gares (bornes d’appel, paniers fraîcheur, …), l’indicateur de régularité des TGV (taux mensuel des trains en retard) et la tarification sur la région île de France.

Lire la page suivante …

Photo, de gauche à droite : Delphine Desgurse, directrice de la direction de l’innovation et des e-services à la Poste, Romain Lacombe, Chargé de l’innovation et du développement chez ETALAB, Michel Delattre, DSI du groupe La Poste, Sylvie Joseph directrice de la transformation numérique de la Poste et Régine Cambremont, directrice de la fabrique Digitale de la SNCF. 

Ce texte a été lu 4161 fois !

m4s0n501

Partager cet article

Une réaction sur “Pour faire de l’Open Data, il faut de la patience et de l’optimisme, pour la directrice digitale de la SNCF” :

  1. Pingback: Pour faire de l’Open Data, il faut de la ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *