« Criteo avait une techno pourrie mais des gens de valeur » pour Gilles Babinet | La Revue du Digital

« Criteo avait une techno pourrie mais des gens de valeur » pour Gilles Babinet

Ce qui fait la valeur d’une entreprise c’est d’abord les gens qui la composent. C’est ce que souligne Gilles Babinet, champion de l’entrepreneuriat. L’exemple est Criteo dont la technologie au début n’avais pas d’avenir commercial mais dont les fondateurs ont su attirer les talents et réorienter leur modèle quand ils ont identifié la bonne opportunité. 

Qu’est-ce qui fait le succès d’une startup ? « Il faut des gens de valeur » répond Gilles Babinet, ce surdoué de l’entrepreneuriat, président du conseil d’administration de CaptainDash. Il s’exprimait sur la scène du Webdeuxconnect, le 7 Novembre 2013 qui réunit les entrepreneurs du Web.

Il illustre sa pensée avec l’exemple de Criteo, société française champion du retargeting publicitaire qui vient d’entrer en bourse aux Etats Unis. « Les gens de Criteo avaient une techno pourrie et des gens de valeur » décrit-il. « Au départ, ils avaient l’idée d’un site d’indexation de vidéos qui n’aurait jamais gagné d’argent » poursuit-il. « Et puis un jour, des gars des Mines sont venus leur dire ‘on sait faire du retargeting’, et hop le fondateur a basculé la boîte. »

Un serial entrepreneur

Quand il s’agit de création d’entreprises, Gilles Babinet sait de quoi il parle. Il a en particulier lancé la société Eyeka (une plateforme d’échange entre les marques et les créateurs, pour les agences d’innovation, de design et de communication) et Musiwave (services musicaux pour les opérateurs télécoms).

Comment naissent et décollent les grandes idées ? En ce qui concerne la création récente de CaptainDash, qui développe un outil de gestion et de visualisation des Big Data destiné aux directeurs marketing, Gilles Babinet décrit les circonstances : « j’ai lu un livre blanc d’IBM sur les CMO (Chief Marketing Officer), et c’était exactement ce que je pensais qu’il fallait  faire depuis quelque temps. Et la semaine suivante, à Deauville, par hasard j’ai pris mon petit déjeuner à côté du patron d’IBM France » décrit-il.

Dès lors, un partenariat a été noué entre IBM et CaptainDash qui a été accompagné pour son lancement par Big Blue. « Les grandes sociétés sont en recherche de startups » déclare Gilles Babinet. Ne risque-t-on pas de se faire piquer son idée par une grande entreprise ? « ça arrive, il ne faut pas être candide face aux grands groupes, ça arrive de se faire avaler. Mais nous on est des bricoleurs, eux ce sont des éléphants, on fait du bricolage qui marche.»

Ne pas se laisser dicter sa feuille de route par le client …

Ce texte a été lu 5937 fois !

Partager cet article