« Pourquoi le marketing et l’informatique ne se comprennent pas » selon Ogilvy | La Revue du Digital

« Pourquoi le marketing et l’informatique ne se comprennent pas » selon Ogilvy

En matière de digital, les entreprises françaises ont investi dans la technologie mais pas dans les hommes, et c’est une erreur. Il faut rapprocher les états d’esprit des différents intervenants, qu’il s’agisse du DSI, du directeur marketing, du DRH, etc … C’est le conseil de Natalie Rastoin, directrice générale d’Ogilvy France, la célèbre agence de publicité qui possède parmi ses clients historiques IBM, Coca-cola ou Nestlé. Elle s’exprimait lors de l’événement Hub Forum, organisé à l’espace Cardin (Paris), le mardi 10 octobre.

Comment remédier à ce décalage ? « Il faut implanter des fonctions digitales puissantes dans les entreprises, croiser des juniors et des seniors, pour ce qui concerne la data, et le communauty management » dit-elle. Elle souligne que tout le monde a compris que l’informatique doit travailler avec le marketing. Conséquence, les entreprises organisent des workshops, des ateliers, entre ces métiers pour qu’ils discutent ensemble. Mais cela ne peut pas marcher car les points de vue sont très différents, et il faut d’abord que chacun comprenne l’état d’esprit de l’autre.

Ogilvy a réalisé un état des lieux avec IBM sur les différentes manières différentes d’approcher le sujet du digital. “Pour le DSI, il faut que ça marche, pour le directeur marketing il faut que les gens aiment” résume Natalie Rastoin. La liste des ces différents points de vue est ainsi rédigée par Ogilvy avec IBM. Elle tient en six points : 

–       Le directeur marketing pense aux connexions émotionnelles, alors que le DSI pense aux fonctionnalités,

–       Le directeur marketing pense d’abord à la société. Le DSI pense d’abord à la technologie,

–       Le directeur marketing pense à la vue globale,  quand le DSI pense aux détails,

–       Le directeur marketing pense au front office,  quand le DSI pense au back-office,

–       Le directeur marketing pense à la qualité quand le DSI pense à l’efficacité,

–       Le directeur marketing pense Opex quand le DSI pense Capex. 

Comment faire en sorte de réussir la transformation digitale dans l’entreprise ? “Il faut un champion de la transformation digitale dans le comité de direction” conseille Natalie Rastoin. Et qu’il fasse en sorte que tout le monde se sente touché dans l’entreprise.  Car tout le monde doit changer !

 Photo : Natalie Rastoin, directrice générale d’Ogilvy France sur la scène du Hub Forum 2013.

Ce texte a été lu 5112 fois !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *